MONDE

Covid-19 dans le Tarn : grosse affluence dans les centres de dépistage ponctuels

l’essentiel
Depuis vendredi, la préfecture du Tarn organise des tests gratuits et sans rendez-vous de dépistage du Covid-19. La grande tente dressée pour l’occasion a vu défiler les personnes par dizaines. 

Vendredi soir, sur la place du Vigan à Albi, la tente dressée pour organiser des tests de dépistage au Covid-19 ne désemplissait pas. Plusieurs dizaines de personnes attendaient leur tour pour se faire tester. De 20 heures à 23h30, ce sont près de 150 prélèvements qui ont été effectués. « On a vraiment été bousculés vendredi soir, on ne s’attendait pas à ça », explique Patrick Bouvet, secrétaire général de la protection civile pour le Tarn et responsable de l’aide à la population. Vendredi soir, ils étaient quatre de la protection civile mobilisés pour organiser ces tests de dépistage gratuits.

« On a dû appeler quatre personnes de plus. On a vraiment été surpris par le succès de l’opération », avoue-t-il, ce samedi matin. À l’heure du marché, la tente a migré de la place du Vigan vers la place Sainte-Cécile, au pied de la cathédrale. Pour la même opération. Là aussi, le « succès » est bien visible. « Les gens sont sensibles à notre démarche et viennent spontanément se faire tester, c’est bon signe », poursuit Patrick Bouvet. Ce samedi matin, on fait donc patiemment la queue pour se faire dépister. Une fois pénétré dans la tente, il faut compter quelques minutes tout au plus, pour remplir les documents administratifs et faire le test.

Besoin de « savoir »

Mariano est venu spontanément après avoir entendu parler de ces tests. Le jeune Argentin vient de terminer ses études à Albi, et s’apprête à rentrer chez lui. « Je rentre dans quelques jours en Argentine. Je pense que c’est mieux de savoir si je suis porteur du virus ou non, avant de retrouver ma famille », confie-t-il. Une poignée de seconde après lui sort Claudie. « Je suis passée sur la place et je me suis arrêté par curiosité. J’ai fait très attention, comme tout le monde autour de moi, mais c’est quand même mieux de savoir, alors j’ai fait le test. »

Alors que la file d’attente s’allonge à l’entrée de la tente, c’est au tour de Dominique de sortir de l’autre côté. C’est aussi par hasard qu’il se retrouve là. « On est là en vacances avec mon épouse. On a vu la tente et on s’est dit ‘pourquoi pas?’. On a tous les deux 74 ans, on fait partie de ces personnes dites à risque. On a donc préféré s’arrêter. »

Les centres se multiplient

Ces centres de dépistages ponctuels pourraient prochainement être reconduits. À Albi, un centre de prélèvement a déjà été ouvert lundi dans l’ancien IFSI (institut de formation en soins infirmiers), où les prélèvements se font sans rendez-vous, tous les matins. L’ARS a fait appel aux secouristes bénévoles de la Croix-Rouge et de la Protection civile, ainsi qu’à des infirmiers volontaires. Des centres devraient également ouvrir prochainement à Castres et Lavaur. « On est en alerte, pour encore plusieurs mois. Cela dépendra de l’évolution de la situation et des décisions de l’Etat », prévient Patrick Bouvet.


Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page