MONDE

Covid-19 : contaminations, tension hospitalière… Une étude prévoit une flambée de l’épidémie dès mars

Une étude de l’Inserm prévoit une forte augmentation des contaminations au Covid-19 et une montée de la tension dans les hôpitaux dès le mois de mars.

Plusieurs scénarios sont avancés par l’Inserm et ils ne sont pas très optimistes. L’étude publiée ce dimanche 14 février en collaboration avec Orange Labs et Santé publique France analyse l’évolution possible de la situation sanitaire en France avec les nouveaux variants du Covid-19.

Le variant britannique bientôt majoritaire

D’après les modélisations de l’institut, le variant anglais pourrait devenir très rapidement majoritaire dans les nouvelles contaminations. « Le variant britannique est attendu devenir majoritaire fin février-début mars en France, avec une grande hétérogénéité géographique », explique l’Inserm.

Les mesures de restrictions sociales, comme le couvre-feu à 18h ou le télétravail misent en place en début d’année semblent pour l’heure efficaces. Mais l’Institut alerte que, si le variant devenait majoritaire, elles ne suffiraient plus à contenir l’épidémie et les hôpitaux se retrouveraient très rapidement submergés. « Dans l’absence de mesures de contrôle renforcée, une croissance rapide des cas est attendue dans les semaines à venir », alerte le rapport. 

Pour la chercheuse à l’Inserm Vittoria Colizza, « les mesures prises par le gouvernement ont réussi à impacter la circulation de la souche historique » pic.twitter.com/cH4RNJWv9s— BFMTV (@BFMTV) February 15, 2021

25 000 hospitalisations par semaine 

Aujourd’hui les établissements de santé connaissent près de 10 000 admissions par semaine, ce chiffre pourrait monter à 25 000 au 22 mars si aucune mesure n’est prise rapidement. Pour rappel, au plus fort de la deuxième vague, 20 000 personnes étaient admises par semaine. 

L’étude comporte toutefois quelques limitations. L’effet « vacances scolaires » n’est ainsi pas pris en compte « explicitement ». De plus, le rapport se base sur des données issues du Royaume-Uni et restent à confirmer dans un second temps avec une enquête en France. Les modélisations ne tiennent pas non plus compte des autres variants (Sud Africain, Brésilien) en circulation sur le territoire national.

Pour rappel un conseil de défense sanitaire se tient ce mercredi matin à l’Elysée. Aucune nouvelle mesure ne devrait être décidée aujourd’hui. « Laissons un peu d’air aux Français », avance un conseiller à France Info. 

Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page