MONDE

Coronavirus : un spray nasal capable d’éliminer 99 % du Covid-19 bientôt disponible dans les pharmacies

Cocorico ! Un spray nasal anti-Covid est sur le point de débarquer dans nos pharmacies, fabriqué par le groupe français Pharma & Beauty. Les premières études publiées indiquent qu’il permettrait d’éliminer près de 99 % du virus.

Trente secondes ! C’est le temps qu’il faudra à ce nouveau spray nasal anti-Covid pour éliminer 99 % de la charge virale. Si les Français ont pour l’instant raté le défi du vaccin, c’est bien un groupe hexagonal qui, cette fois, est derrière ce traitement prometteur.

Il aura fallu un an à Pharma and Beauty pour parvenir à ce résultat. Le groupe pharmaceutique précise sur sa page Linkedin que le spray « permet d’éviter la dissémination virale, de déloger par action mécanique les agents infectieux dans les fosses nasales et faciliter leur évacuation, et de réduire localement la charge virale ». Il doit être commercialisé dès le 1er mars. 

Deuxième vague de tests au Japon

Pour ce qui est de sa composition, le spray contient 40 % d’eau ionisée et 60 % d’eau purifiée. Les résultats des études par l’IHU de Marseille et le Professeur Bernard La Scola tendent à valider l’efficacité de ce traitement. Le Japon, où l’eau ionisée est fréquemment utilisée au Japon pour soigner des brûlures et d’autres maladies de la peau mène actuellement une deuxième vague de tests.

Selon les trois études qui valident l’efficacité de ce spray, mentionnées par La Dépêche, « deux pulvérisations dans chaque narine, quatre à six fois par jour, sont nécessaires pour empêcher la propagation du Covid-19 ».

Se moucher pour extraire le mucus possiblement infecté 

Attention à ne pas se fourvoyer, ce spray doit être appréhendé comme un geste barrière supplémentaire, il ne s’agit en aucun cas d’un « nouveau traitement curatif » contre le coronavirus. 

En ce sens, il doit être utilisé de manière préventive, après avoir pris un « risque » épidémique en croisant du monde ou en restant enfermé dans un lieu clos avec plusieurs personnes. Il faut ensuite se moucher pour extraire le mucus possiblement infecté. 

La production de ce spray devrait démarrer dès la semaine prochaine dans l’usine du groupe basée à Montélimar, avant d’être étendue aux cinq usines du groupe, selon nos confrères de Ouest France. L’objectif est de produire 1 à 3 millions d’unités d’ici le mois de mars, puis d’atteindre un rythme de croisière de 13 à 15 millions d’unités par mois à partir d’avril.

Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page