MONDE

Coronavirus : la fermeture des écoles à la rentrée à cause des variants au cœur des préoccupations

Le gouvernement veut à tout prix éviter de fermer les écoles et procéder à un nouveau confinement. Pourtant la propagation des variants inquiète… 

Les vacances débutent pour l’Occitanie et déjà les interrogations sur la suite sont sur toutes les lèvres. Entre la multiplication des variants, les départs en vacances qui ne vont pas arranger la propagation du virus et le cas de la Moselle, l’inquiétude est de mise.

Pourtant le gouvernement ne veut ni reconfiner, ni fermer les écoles tant que cela reste possible. Et pour l’heure, il joue la montre face aux chiffres de l’épidémie. 

Le Premier ministre Jean Castex avait expliqué début janvier qu’il fallait « vraiment que la situation sanitaire soit gravissime pour fermer des écoles » car les conséquences d’une telle mesure sont « absolument dramatiques ».

Protocole, tests, vaccination…

Alors tout est fait pour éviter une telle situation depuis des semaines.

La mise en place du nouveau protocole sanitaire dans les établissements scolaires, effectif depuis une semaine, n’a pas forcément encore prouvé son efficacité, mais il va perdurer quitte à être renforcé.

Les tests salivaires commandés pour la rentrée scolaire devraient être déployés en masse.

Et la campagne de vaccination continue…

Les variants et le cas de la Moselle

Mais un facteur est également à prendre en compte : les variants. La multiplication des variants (britanniques, sud-africains…) est au cœur des préoccupations : dans le Grand-Est, les variants circulent très activement et plusieurs centaines de cas de contamination par celui d’origine sud-africaine auraient été détectés en Moselle.

En quelques jours, le nombre d’écoles fermées dans le Grand-Est a été multiplié par quatre, passant de deux à huit. Les classes fermées ont presque été quadruplées également, passant de 23 à 88, comme le rapporte LCI.

Une situation sanitaire similaire observée également dans le Nord-Pas-de-Calais : avec plusieurs collèges fermés suite à la présence du variant britannique et sud-africain et 175 classes fermées contre 53 la semaine d’avant, comme le souligne France 3.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran s’est d’ailleurs rendu à Metz en Moselle ce vendredi 12 février où face à la demande des élus pour un reconfinement local, il a exclu à ce stade de nouvelles mesures de restriction. 

En Moselle, tester, alerter, protéger nos concitoyens permet d’identifier et de briser les chaînes de contamination. Nous allons encore le renforcer, et amplifier la vaccination. Retrouvez ma déclaration après la concertation menée auprès des élus du territoire. @Prefet57 pic.twitter.com/XN29g7UWwZ— Olivier Véran (@olivierveran) February 12, 2021

Pas de mesures drastiques locales pour éviter de les étendre au niveau national

Le reconfinement local a ainsi été balayé pour le moment en Moselle. Certainement pour éviter qu’il devienne un argument pour reconfiner au niveau national, comme le rapporte Franceinfo.

Pas de reconfinement local et pas de fermetures des écoles non plus, même si le ministre l’admet le virus « circule en Moselle avec une incidence plus élevée que dans le reste de la région Grand Est, proche de 300 pour 100 000 habitants sur une semaine. Et le nombre de cas de variant augmente, il est désormais de 100 nouveaux cas par jour ». 

Et pour répondre aux inquiétudes, le ministre préfère intensifier la politique du « tester-tracer-isoler » dans le département, plutôt que prendre des mesures plus drastiques.

« Certains élus ont plaidé pour un confinement sans délai de tout ou partie du territoire lorrain, d’autres ont plaidé pour une fermeture anticipée des écoles, à une semaine des vacances scolaires dans la région », a-t-il déclaré.

Le ministre va poursuivre ses consultations à Paris, avec son homologue de l’Education Jean-Michel Blanquer notamment.

« Je me suis engagé à revenir très rapidement vers les élus du territoire pour envisager avec eux des mesures éventuelles si nous estimons qu’elles pourraient être nécessaires. »

Les vacances comme vecteur de la propagation

Seul souci c’est qu’en période de vacances scolaires, les déplacements des Français sur tout le territoire vont propager les variants et l’épidémie. Et donc le « tester-tracer-isoler » sera plus difficile à contrôler.

Préserver les vacances est important pour le moral des Français, le choix politique va dans ce sens, mais beaucoup s’inquiètent des conséquences pour l’après, à la rentrée.

Les médecins de l’Education Nationale avaient demandé justement de profiter des vacances pour fermer les écoles pendant quatre semaines.

Selon eux, il s’agirait de la seule alternative pour freiner la propagation du coronavirus et de ses variants. Et éviter une possible fermeture d’école à la rentrée, voire un reconfinement.

Le choix dans plusieurs pays européens

Face à la circulation des variants et à l’épidémie, certains pays européens ont fait le choix de fermer les écoles (et même du confinement), comme l’Allemagne, l’Irlande, le Royaume-Uni, certaines régions de Grèce, le Portugal, Chypre, la Roumanie, la Pologne…

Jusqu’ici la France résiste au vu des bilans épidémiologiques.

La pression hospitalière diminue

Pourtant, parallèlement à la propagation des variants en France, le nombre de nouveaux cas n’explose pas. Au contraire, il est même en légère diminution depuis quelques jours, comme la pression dans les hôpitaux.

Même si les chiffres indiquent tout de même 20 700 nouveaux cas en 24 heures en France, 79 décès en trois jours en Occitanie.

La propagation des varients faisait craindre une explosion des cas selon les scientifiques et pourtant l’épidémie reste relativement stable, comme le rapporte L’Obs.

Certains avancent les effets du couvre-feu, d’autres le respect des gestes barrières ou encore la vaccination. 

La prudence reste de mise comme le soulignait Pascal Crépey, épidémiologiste à Rennes sur France 2 : « Cette baisse masque quand même une montée en puissance du variant anglais. Il est à craindre que dans les semaines à venir, il y ait au contraire une remontée des incidences »

En cette période de vacances d’hiver, il est plus qu’essentiel de continuer à pratiquer les gestes barrières pour éviter que ces congés n’entraînent des conséquences dans quelques semaines.

Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page