MONDE

Coronavirus : décès et manifestations lot quotidien du Brésil

Des Brésiliens sont descendus dans la rue dimanche à Sao Paulo, Rio de Janeiro et Brasilia pour manifester pour ou contre Jair Bolsonaro. Le président d’extrême droite du Brésil est critiqué notamment pour sa gestion de l’épidémie due au coronavirus. « Le coronavirus ? Tant d’hystérie pour une petite grippe », déclarait Jair Bolsonaro le 24 mars, lors d’une hallucinante allocution au cours de laquelle il a accusé les gouverneurs de semer la panique en fermant écoles et commerces non essentiels.

Depuis le Brésil n’a eu de cesse de faire tomber record sur record macabre pour devenir avec 37 312 décès le troisième pays le plus endeuillé du Monde après les Etats-Unis 110 514 décès et le Royaume-Uni 40 625 morts. Le Brésil est le second pays de la planète à compter le plus de cas de contamination avec 691 758 cas derrière les Etats-Unis 1 942 363 cas.

Les manifestations ont eu lieu alors que le ministère de la Santé prévenait qu’il ne communiquerait plus le cumul des morts liées au coronavirus dans le pays. Le président brésilien, qui a minimisé les effets du Covid-19 à de multiples reprises, considère que ces données ne reflètent pas la situation actuelle. Aussi, samedi, le ministère de la Santé a supprimé de son site officiel les données du coronavirus (Covid-19) qu’il avait documentées au fil du temps et par l’État et la municipalité.

Le ministère a seulement déclaré qu’il y avait eu 27 075 nouveaux cas et 904 décès au cours des dernières 24 heures. Il a également indiqué que 10 209 patients s’étaient rétablis. Le ministère brésilien de la Santé a publié dimanche soir deux séries différentes de chiffres concernant les décès et contaminations des 24 dernières heures, au milieu d’une polémique nationale sur la diffusion de ces données. Le ministre Gilmar Mendes, du STF (Cour fédérale suprême), a déclaré samedi que « la manipulation des statistiques est typique des régimes totalitaires et que la manœuvre n’éliminera pas la responsabilité d’un éventuel génocide lors de la pandémie de coronavirus (Covid-19) ».

Pour en revenir à la rue, des milliers de personnes se sont rassemblées dans l’après-midi à Sao Paulo, arborant des banderoles, contre le racisme et la politique du président brésilien. De nombreux manifestants portaient des vêtements et des masques noirs, a constaté l’Agence France-Presse (AFP). A quelques kilomètres de cette gigantesque manifestation, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées avec des drapeaux brésiliens pour exprimer leur soutien à Jair Bolsonaro et demander la fin des mesures de confinement mises en place par les autorités locales pour freiner la pandémie.

Les autorités régionales ont demandé que les événements soient organisés à distance afin d’éviter les confrontations afin d’éviter des heurts les « contre le fascisme » et les soutiens de Jair Bolsonaro. A Brasilia, plusieurs centaines de personnes ont marché dans la matinée contre le chef de l’Etat. « Tous pour la démocratie », « Contre le racisme et le fascisme » « Recule fasciste, recule, le pouvoir du peuple est dans les rues », scandaient les manifestants.

Parallèlement, un groupe plus restreint de manifestants favorables au président s’est également rassemblé dans la capitale. Ces partisans ont l’habitude de manifester le week-end, en présence du chef de l’Etat, pour demander la fin des restrictions et attaquer les représentants du Congrès et de la Cour suprême. À Rio, les pro-Bolsonaro ont défilé sur la plage de Copacabana. Les anti-Bolsonaro ont quant à eux participé à la marche Vidas Negras Importam contre les violences policières.

The post Coronavirus : décès et manifestations lot quotidien du Brésil appeared first on Hespress Français.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page