MONDE

Comminges : un spéléologue en difficulté dans le gouffre du pont de Gerbaud, le plan Orsec déclenché

Un homme de 53 ans originaire de Toulouse a fait une chute de d'environ 4 mètres vendredi en début d'après-midi dans le gouffre du pont de Gerbaud, à Herran, dans le Comminges. Ce spéléologue, accompagné de son fils, se trouvait dans une posture difficile. Un de ses équipiers a pu sortir du gouffre afin de donner l'alerte.

Le préfet, Etienne Guyot, a déclenché le plan Orsec "spéléo-secours" sur proposition des pompiers du service départemental d'incendie et de secours (SDIS) et de la société de secours en spéléologie 31 (SSS31). Une équipe de sept secouristes du Sdis, de quinze secouristes et de techniciens de la SSS31 sont sur les lieux ainsi que deux médecins du Samu dont un médecin-spéléologue. Le peloton de gendarmerie de haute montagne ainsi que les CRS de montagne dont trois spéléologues complètent ce dispositif en surface.

Vers 23h30, la colonne de secours se trouvait auprès du blessé qui souffrirait, selon les premiers examens réalisés sous-terre, notamment d'une fracture du fémur. Les secours pensaient extraire du gouffre le blessé pendant la nuit. "De sa position, nous nous trouvons à 120 mètres de l'air libre. Il faut en principe 90 minutes pour retrouver la surface quand on est en pleine possession de ses moyens. Et après, il fait encore une heure de marche toujours en pleine possession de ses moyens", précise un officier des sapeurs-pompiers.

Dans un communiqué publié vendredi à minuit, la préfecture d'Occitabie souligne que "l’extraction de la victime va être réalisée via une civière. Dans un souterrain qui présente plus de 120m de dénivelé et composé de plusieurs puits, il s’agit d’une intervention difficile qui nécessite un équipement spécifique et présente un délai d’intervention relativement long."

Dans un scénario idéal, les secours espèrent extraire le blessé du gouffre après deux grosses heures d'effort, plus encore 1h30 pour atteindre le camp de base et une route carrossable.

Vendredi soir à minuit, une très longue nuit attendait les secours et le blessé.

Via LaDepeche

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page