MONDE

Casse-tête autour de l’arrivée du vaccin AstraZeneca en pharmacie : pour quand, pour qui et comment ?

Les premières doses du vaccin AstraZeneca seront disponibles en pharmacie dans les prochains jours, afin de pouvoir démarrer la vaccination chez les médecins de ville à compter du 25 février. On fait le point sur tout ce qu’il faut savoir sur cette nouvelle procédure.

Des doses du vaccin AstraZeneca, disponibles très prochainement dans les pharmacies. Oui, mais réservées aux médecins, et suivant une procédure particulière et progressive. Inutile donc de se ruer dans vos officines. Explications.

Les médecins doivent commander les doses

Il s’agit pour le gouvernement d’entamer une « nouvelle phase de la stratégie vaccinale », en confiant l’approvisionnement en flacons de vaccin Covid-19 AstraZeneca des médecins de ville par les pharmacies d’officine.

Jusqu’à hier, mercredi 17 février à 23 h, les médecins pouvaient donc commander une première livraison de dix doses, afin de pouvoir vacciner à partir du 25 février.

« En pratique, les pharmaciens doivent renseigner le nom et le numéro RPPS du médecin dans le portail de télédéclaration des pharmacies. Cette inscription vaut pour livraison d’un flacon de 10 doses lors de la première livraison (semaine du 22 février) », précise le site de l’assurance maladie.

L’administration du vaccin pas (encore) pour les pharmaciens

Les pharmaciens, qui peuvent vacciner contre la grippe saisonnière, sont toujours dans l’attente d’un décret leur permettant d’administrer le vaccin contre le Covid-19.

Décret, toujours pas paru, au grand dam de l’Audois Philippe Besset, président de la fédération des syndicats pharmaceutiques de France, qui dans une tribune publiée dans Le Figaro rappelle que « 85 % des pharmaciens sont prêts à participer à cette mission de santé publique. 18 500 ont vacciné contre la grippe. Leurs salles de vaccination sont prêtes ! »

Combien de flacons peuvent commander les médecins ?

L’approvisionnement étant progressif, le nombre de doses est limité. Chaque flacon contient dix doses de vaccins, la vaccination nécessitant deux administrations, espacées de 9 à 12 semaines, suivant les recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS).

Lors de la première commande, les médecins ne pouvaient commander qu’un flacon à la fois. Selon L’Obs, 700 000 doses de vaccins sont attendues cette semaine, ce qui revient à 70 000 médecins. À compter de la semaine prochaine, la commande pourra être « de 2 ou 3 flacons maximum pour la deuxième livraison (semaine du 1er mars). Les doses augmenteront progressivement à compter du mois de mars, dans des proportions encore à préciser », détaille Ameli.

Qui peut bénéficier du vaccin d’AstraZeneca ?

Pour rappel, début février, certains personnels de santé ont pu bénéficier du vaccin d’AstraZeneca. « La vaccination sera accessible avec le vaccin AstraZeneca à tous les soignants, pompiers ou aides à domicile de moins de 65 ans », avait déjà annoncé Olivier Véran le 4 février.

Pour l’heure, le vaccin est donc réservé aux personnes âgées de moins de 65 ans. « Ce vaccin présente une performance tout à fait satisfaisante, entre 62 et 70 % d’efficacité selon les études », a déclaré la présidente de la HAS, rappelant qu’il « manque des données pour les patients de plus de 65 ans ».

Qui sera vacciné en priorité par les médecins de ville ?

Avec l’arrivée des doses en pharmacie, les médecins de ville vont donc pouvoir vacciner directement leur patientèle. Mais ils devront opérer un choix, en fonction des critères d’administration du vaccin.

Ainsi seront retenus en priorité les patients « entre 50-64 ans avec comorbidité », précise Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français à France Info. Il rappelle au passage que le choix sera à leur charge : « Il faut laisser les médecins s’organiser. Ils connaissent leur patientèle, ils savent qui est le plus à risque. »

Comment se passera une vaccination chez le médecin ?

Parce que les vaccins sont très sensibles, la procédure pour retirer et administrer le vaccin est contraignante. Sur le site de l’assurance maladie, on découvre que le médecin dispose de deux options. Soit s’il retire les doses chez le pharmacien à température ambiante, soit s’il les maintient dans la chaîne du froid.

Suivant la première option, il a donc six heures pour administrer les doses. En maintenant la chaîne du froid, cela lui laisse 48 h.

Cela implique donc une sacrée organisation de la part du médecin de ville, qui devra avoir à l’avance établi son planning de vaccination, ainsi qu’une liste de désistement afin d’être sûr de ne pas perdre les doses. Enfin, la direction générale de la Santé, citée par l’Obs, préconise ensuite « de placer le patient sous surveillance pendant au moins 15 minutes après la vaccination ».

Source

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page