MONDE

Burundi: le président Pierre Nkurunziza est mort

Le président sortant du Burundi, Pierre Nkurunziza, est mort le 8 juin 2020 à l’âge de 55 ans à l’hôpital du Cinquantenaire de Karuzi suite d’un arrêt cardiaque selon la version officielle. Pierre Nkurunziza était un homme d’État burundais et il était né le 18 décembre 1964 à Ngozi. Il avait dirigé le principal groupe armé hutu pendant la guerre civile burundaise. Pierre Nkurunziza avait été élu président du Burundi par le Parlement en 2005 puis réélu en 2010 et 2015.

Le gouvernement du Burundi qui dans un communiqué à en tête de la présidence ce mardi, a annoncé « le décès inopiné » du président Pierre Nkurunziza, qui était hospitalisé à l’hôpital de Karuzi, dans le centre du pays, depuis samedi soir après avoir ressenti un malaise. Il serait décédé hier lundi officiellement des suites d’un « arrêt cardiaque » selon le document. Un deuil national de 7 jours a été décrété au Burundi. Officieusement, malgré les dénégations des autorités, des rumeurs persistantes et insistantes sur sa mort circulaient depuis ce lundi. Des sources médicales auraient expliqué qu’il aurait été positif au coronavirus (Covid-19). Son épouse étant toujours hospitalisée au Kenya depuis la semaine dernière pour la même raison.

Le texte détaille les derniers jours du président Nkurunziza : après avoir assisté à un match de volley-ball le samedi 6 juin, il a dans la nuit du 6 au 7 ressenti un malaise et « s’est vite rendu à l’hôpital » de Karuzi. « Le dimanche, son état de santé s’est amélioré et il s’est entretenu avec les personnes qui étaient à côté de lui », poursuit le communiqué. « Mais si son état de santé s’est amélioré le dimanche, il a été victime d’un arrêt cardiaque dans la matinée du lundi. Une réanimation immédiate a été entreprise par une équipe multidisciplinaire de médecins pendant plusieurs heures avec une assistance cardio-respiratoire. Mais l’équipe médicale n’a pu récupérer le patient », précise le texte.

Pierre Nkurunziza devait passer le pouvoir au président nouvellement élu, Evariste Ndayishimiye, au mois d’août. Le président Pierre Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005, avait surpris en annonçant en juin 2018 qu’il ne se présenterait pas à sa succession en 2020, alors que la nouvelle Constitution modifiée par référendum le lui permettait, il en avait lui-même modifié la constitution du pays qui consacre le retour au parti unique. Une éventualité qui peut toutefois être évitée si le président élu se montre prêt au dialogue.

L’annonce en avril 2015 de sa candidature pour un troisième mandat avait plongé le Burundi dans un cycle de violences et de violations massives des droits humains qui ont fait 1.200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes, selon les estimations de la Cour pénale internationale, laquelle a ouvert une enquête. La loi fondamentale qui régit le Burundi depuis mai 2018 fait craindre le retour à un monopartisme. Le CNDD-FDD (le parti au pouvoir,) dispose de plus des 2/3 des sièges de l’Assemblée nationale. Il a donc les coudées franches pour faire passer toutes les lois qu’il souhaite.

En outre, la même constitution offre un pouvoir absolu au chef de l’Etat. Une loi qui n’est pas, par exemple, promulguée par le président, devient caduque 30 jours après son adoption. Le président élu en mai, Évariste Ndayishimiye, entrera en fonction en août, il s’est présenté en tant qu’acteur de la rupture avec l’ancien système et non celui de la continuité. L’Assemblée nationale fera sa rentrée au mois de Juillet 2020. Évariste Ndayishimiye a entre ses mains les clés pour conduire le Burundi vers des réformes nécessaires qui devraient le remettre sur les rails et mettre fin aux violences.

The post Burundi: le président Pierre Nkurunziza est mort appeared first on Hespress Français.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page