MONDE

Bolsonaro : le Brésil doit cesser d’être «un pays de pédés» face à une pandémie «surdimensionnée»

[ad_1]

Lors d’un discours centré sur le tourisme, Jair Bolsonaro a déclaré que la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 162 000 morts au Brésil, était «surdimensionnée». Le chef d’Etat a critiqué ces derniers mois les mesures locales de confinement.

«Aujourd’hui, il n’y en a que pour la pandémie, il faut en finir avec ça. Je regrette les morts, je les regrette. Nous allons tous mourir un jour, tout le monde ici va mourir. Ça ne sert à rien de fuir cela, de fuir la réalité. Il faut arrêter d’être un pays de pédés. Nous devons nous battre la tête haute, lutter», a lancé sans ambages le président brésilien Jair Bolsonaro, lors d’un discours centré sur le tourisme, au palais du Planalto (siège du gouvernement fédéral) le 10 novembre. «Vous avez été à terre lors de cette pandémie, qui était surdimensionnée», a-t-il également affirmé.   

Aujourd’hui, il n’y en a que pour la pandémie, il faut en finir avec ça

La pandémie de Covid-19 a fait plus de 162 000 morts et a contaminé quelque 5,6 millions de personnes au Brésil, selon les chiffres officiels.

Depuis le début de la pandémie, Jair Bolsonaro – qui a lui-même contracté le Covid-19, en juillet, sans ressentir de symptôme grave – a critiqué les mesures de confinement prises par des maires et gouverneurs des différents Etats qui composent le pays.

Suspension d’un candidat vaccin chinois au Brésil, une «victoire» pour Bolsonaro

Jair Bolsonaro avait auparavant salué comme une «victoire» la suspension au Brésil des tests cliniques de phase 3 d’un vaccin contre le Covid, le CoronaVac du laboratoire chinois Sinovac. «Mort, invalidité, anomalies… c’est ça, le vaccin que Doria voulait obliger tous les habitants de Sao Paulo à recevoir», a lancé ce 10 novembre le chef d’Etat sur Facebook, en référence au gouverneur de l’Etat de Sao Paulo, son adversaire politique Joao Doria. 

L’autorité sanitaire du Brésil avait annoncé lundi 9 novembre avoir suspendu les essais cliniques d’un candidat vaccin chinois contre le coronavirus après «un incident grave» constaté chez un volontaire. Elle n’a pas fourni de détails sur ce qui s’est passé, mais a indiqué que ce type d’incidents pouvaient inclure la mort, des effets secondaires potentiellement fatals, une invalidité grave, une hospitalisation et d’autres «événements cliniquement significatifs».

Dimas Covas, directeur de l’Institut Butantan, responsable de la campagne de tests, a affirmé le soir du 9 novembre dans un entretien à TV Cultura que l’«incident grave» rapporté par l’agence régulatrice Anvisa était un «décès non lié au vaccin».

Les candidats vaccins de Pfizer et Sinovac sont en phase 3 des essais, le dernier stade avant qu’ils n’obtiennent le feu vert ou non des autorités réglementaires. Est également à l’essai au Brésil le candidat vaccin du géant pharmaceutique américain Pfizer. Ce dernier a affirmé, le 9 novembre, que son vaccin expérimental était efficace à plus de 90% contre le COVID-19, selon les premières données d’une vaste étude.

[ad_2]
Source

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page