MONDE

BHL dénonce la «horde d’antisémites» qui a tiré sur son convoi en Libye

Trop, c'est trop. «Pas le choix devant pareille marée de saloperie», a affirmé Bernard-Henri Lévy ce 28 juillet sur les réseaux sociaux à la suite des incidents ayant émaillé son déplacement en Libye ces derniers jours.

Le philosophe a décidé de s'exprimer dans Paris Match à propos de son reportage portant sur des charniers libyens, traces selon lui de crimes de guerre perpétrés par des troupes alliées au maréchal Haftar.

Mon reportage sur la #Libye paraît ce jeudi dans Match. Pas le choix devant pareille marée de saloperie. On y lira: 1 ma fierté d’être revenu à #Misrata; 2 ma honte pour la horde d’antisémites qui ont tiré sur mon convoi; 3 comment j’ai fait, jusqu’au bout, mon travail d’écrivain pic.twitter.com/2kCyuBDUss

— Bernard-Henri Lévy (@BHL) July 28, 2020

Au-delà de son voyage en tant que tel, qui a causé un imbroglio au sommet du gouvernement d'union national libyen, BHL a été la cible de tirs et d'injures antisémites telles que «chien juif» lors du passage de son convoi à Tarhounah.

A ce propos, il décrit sa «honte pour la horde d’antisémites qui ont tiré» sur son convoi, et assure avoir fait «jusqu'au bout» son «boulot d'écrivain».

Pourtant, d'après le magazine Jeune Afrique, l'auteur de La guerre sans l'aimer, n'aurait passé qu'une dizaine d'heure sur place en lieu et place des deux jours initialement prévus.

Le fait que le philosophe ait été l'un des avocats les plus zélés de l'intervention occidentale de 2011, qui a mené au chaos actuel en Libye, aurait-il un rapport avec cet échec ? Réponse dans les kiosques le 29 juillet.

Via RT

Afficher plus

Articles similaires

Un commentaire

  1. ta de la chance pauvre misirable ils ton pas arracher les cheveuex du crane ou a la méthode des indiens te scalper soit heureurx est demande a ton schiva merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page