MONDE

«Attaque antisĂ©mite effroyable» : la classe politique française rĂ©agit Ă  l’attentat de Vienne

[ad_1]

«Notre coopĂ©ration face Ă  cette barbarie doit ĂȘtre totale». Suite Ă  l’attentat qui a fait au moins quatre morts Ă  Vienne le 2 novembre, de nombreuses personnalitĂ©s politiques françaises ont exprimĂ© leur dĂ©solation et leur soutien.

«Barbarie», «totalitarisme islamiste» : la classe politique française exprime son affliction sur les réseaux sociaux aprÚs les fusillades qui ont fait au moins quatre morts et plusieurs blessés dans des rues du centre historique de Vienne le 2 novembre 2020.

Le prĂ©sident de la RĂ©publique Emmanuel Macron a tĂ©moignĂ© son soutien au peuple autrichien : «Nous, Français, partageons le choc et la peine du peuple autrichien frappĂ© ce soir par un attentat au cƓur de sa capitale, Vienne. AprĂšs la France, c’est un pays ami qui est attaquĂ©. C’est notre Europe. Nos ennemis doivent savoir Ă  qui ils ont affaire. Nous ne cĂ©derons rien».

Le ministre de l’IntĂ©rieur GĂ©rald Darmanin a transmis ses pensĂ©s «aux victimes et Ă  leurs familles. Nous ne cĂ©derons rien face Ă  la haine et la barbarie».

L’ancien prĂ©sident de la RĂ©publique François Hollande a dĂ©noncĂ© une attaque «effroyable» : «Ce soir je voudrais apporter mon indĂ©fectible soutien au peuple autrichien et Ă  la communautĂ© juive de Vienne, visĂ©e par cette attaque antisĂ©mite effroyable. Nous sommes et serons toujours unis contre la barbarie et l’obscurantisme».

Marine Le Pen, prĂ©sidente du Rassemblement national (RN) en appelle Ă  la coopĂ©ration : «Tout notre soutien au peuple autrichien confrontĂ© Ă  un attentat terroriste de grande ampleur Ă  Vienne, Ă  proximitĂ© d’une synagogue [
] Notre coopĂ©ration face Ă  cette barbarie doit ĂȘtre totale».

Le Vice-prĂ©sident du RN Jordan Bardella a lui publié : «Nos capitales, nos villes, nos pays, nos identitĂ©s, ils dĂ©testent absolument tout ce que nous sommes. Le combat contre le totalitarisme islamiste ne fait que commencer. De tout cƓur avec le peuple autrichien.»

Jean-Luc MĂ©lenchon, dĂ©putĂ© des Bouches-du-RhĂŽne et prĂ©sident du groupe La France insoumise (LFI) Ă  l’AssemblĂ©e nationale a dit sa dĂ©solation et sa solidarité : «FraternitĂ© irrĂ©pressible avec les juifs d’Autriche et les victimes de l’odieux attentat de Vienne. Nous, Français, nous ressentons le choc en connaissance de cause. Les Autrichiens peuvent compter sur nous.»

Richard Ferrand, La RĂ©publique en marche (LREM), prĂ©sident de l’AssemblĂ©e nationale, a parlĂ© au nom des Ă©lus :«La ReprĂ©sentation nationale se tient aux cĂŽtĂ©s du peuple autrichien, aprĂšs cette attaque terroriste au cƓur de sa capitale Vienne. L’Europe doit faire front commun face aux terroristes qui veulent nous diviser et instaurer la haine.».

Eric Ciotti, dĂ©putĂ© Les rĂ©publicains (LR) et conseiller dĂ©partemental des Alpes-Maritimes estime qu’«à travers nos synagogues et nos Ă©glises ce sont nos racines et notre identitĂ© judĂ©o-chrĂ©tiennes que les barbares veulent abattre».

Un message de cohĂ©sion a Ă©tĂ© transmis par le dĂ©putĂ© europĂ©en du Parti populaire europĂ©en (PPE) François Xavier Bellamy, qui a Ă©crit : «De tout cƓur avec nos amis autrichiens ce soir, et tout particuliĂšrement avec la communautĂ© juive de Vienne cible de cet attentat meurtrier.»

Le prĂ©sident du parti Debout la France Nicolas Dupont Aignan a alerté : «Ces scĂšnes sont un aperçu de la guerre civile qui attend l’Europe si les Etats, notamment la France, ne mĂšnent pas une guerre totale contre l’ennemi intĂ©rieur : l’islamisme.»

Le dĂ©putĂ© europĂ©en écologiste Yannick Jadot a lancĂ© un appel Ă  la solidaritĂ© europĂ©enne : «L’Europe doit ĂȘtre unie face Ă  la barbarie terroriste. Pour dĂ©fendre nos libertĂ©s, la dĂ©mocratie, nos valeurs !»

Enfin, Eric Piolle, maire Europe écologie les verts (EELV) de Grenoble, a exhorté à réaffirmer «ce que nous sommes, ce à quoi nous tenons. Aucun attentat ne nous fera renoncer à nos valeurs».

Les coups de feu ont retenti vers 20h prĂšs d’une synagogue de la capitale autrichienne. Une quinzaine de personnes ont Ă©tĂ© transportĂ©es Ă  l’hĂŽpital, a fait savoir un porte-parole de l’association des hĂŽpitaux viennois Ă  la chaĂźne ORF.

Le ministre de l’IntĂ©rieur autrichien Karl Nehammer, s’est exprimĂ© lors d’une confĂ©rence de presse le 3 novembre au matin affirmant que l’un des assaillants, abattu, Ă©tait un «sympathisant» du groupe terroriste Daesh. «Les indices recueillis montrent clairement que c’est une personne radicalisĂ©e qui se sentait proche de Daesh», a-t-il dĂ©clarĂ©.



[ad_2]
Source

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page