MONDE

Affaire Estelle Mouzin : l’audition clĂ© de Michel Fourniret

[ad_1]

l’essentiel
« L’Ogre des Ardennes » est entendu ce mardi par la juge d’instruction Sabine Kheris, qui a repris les investigations depuis 2019 et obtenu d’importantes avancĂ©es dans une enquĂȘte longtemps dans l’impasse.  

Audition cruciale dans l’affaire Estelle Mouzin : le tueur en sĂ©rie Michel Fourniret est revenu mardi devant la justice quelques jours aprĂšs les dĂ©clarations de son ex-Ă©pouse l’accusant d’avoir sĂ©questrĂ©, violĂ© et Ă©tranglĂ© la fillette disparue en 2003. 
Dix-sept ans aprĂšs, l’Ă©nigme est-elle en passe d’ĂȘtre rĂ©solue ? Souvent fuyant ou elliptique dans ses rĂ©ponses, « l’Ogre des Ardennes » est entendu depuis 10h00 du matin par la juge d’instruction Sabine Kheris, qui a repris les investigations depuis 2019 et obtenu d’importantes avancĂ©es dans une enquĂȘte longtemps dans l’impasse.  

La semaine derniĂšre, Monique Olivier, 71 ans, a accusĂ© devant la magistrate son ex-mari d’avoir tuĂ© la fillette de 9 ans Ă  Ville-sur-Lumes (Ardennes) en 2003, dans la maison de la sƓur de ce dernier dĂ©cĂ©dĂ©e quelques mois plus tĂŽt, livrant des dĂ©tails inĂ©dits. Selon son avocat Richard Delgenes, elle a affirmĂ© que Michel Fourniret aurait, le lendemain de la disparition d’Estelle Mouzin en Seine-et-Marne le 9 janvier 2003, regagnĂ© leur domicile de Sart-Custinne, dans les Ardennes belges, Ă  4h00 du matin, les vĂȘtements sales. Il lui aurait racontĂ© les faits, avant de repartir Ă  Ville-sur-Lumes dans les jours suivants. 

ParallĂšlement , l’ADN partiel d’Estelle Mouzin, mĂȘlĂ© Ă  d’autres traces, a Ă©tĂ© identifiĂ© rĂ©cemment sur un matelas saisi en 2003 dans la maison de Ville-sur-Lumes, selon Me Delgenes. Mardi, les avocats du tueur en sĂ©rie, qui est en partie passĂ© aux aveux et a Ă©tĂ© mis en examen en novembre dernier pour « enlĂšvement et sĂ©questration suivis de mort », ont toutefois appelĂ© Ă  la « prudence ». « Les informations diffusĂ©es dans la presse Ă  notre grande surprise doivent ĂȘtre abordĂ©es avec prudence et les plus grandes prĂ©cautions pour le respect de la prĂ©somption d’innocence », a dĂ©clarĂ© Ă  des journalistes Me Vincent NiorĂ© en arrivant au tribunal de Paris avec Me CĂ©dric Labrousse, une vingtaine de minutes avant le dĂ©but de l’audition de leur client.

« On peut penser que Michel Fourniret va vouloir reprendre la main sur Monique Olivier »

En mars, Michel Fourniret, dont les dĂ©clarations alambiquĂ©es et les problĂšmes de mĂ©moire compliquent la tĂąche des enquĂȘteurs, avait fini par avouer lors d’un prĂ©cĂ©dent interrogatoire sa responsabilitĂ© dans cette affaire : « Je reconnais lĂ  un ĂȘtre qui n’est plus lĂ  par ma faute », avait-il dĂ©clarĂ© Ă  la magistrate. L’homme aujourd’hui ĂągĂ© de 78 ans avait aussi estimĂ© « pertinent » le fait que le corps de la fillette puisse ĂȘtre dans l’une de ses anciennes propriĂ©tĂ©s des Ardennes. Mais des fouilles d’ampleur, menĂ©es fin juin pendant quatre jours dans la maison de Ville-sur-Lumes ainsi qu’au chĂąteau du Sautou, une ancienne propriĂ©tĂ© du tueur, n’ont toutefois pas permis de retrouver le cadavre. Le pĂšre de la fillette, Eric Mouzin, a le « dĂ©sir qu’on puisse retrouver le corps de sa fille et qu’on puisse lui donner une sĂ©pulture », a dĂ©clarĂ© mardi un de ses avocats, Me Didier Seban, sur BFMTV. 

« On peut penser que Michel Fourniret va vouloir reprendre la main sur Monique Olivier », a-t-il ajoutĂ©, soulignant que dans de prĂ©cĂ©dentes affaires dans lesquelles il a Ă©tĂ© condamnĂ©, il avait donnĂ© des dĂ©tails aux enquĂȘteurs aprĂšs des rĂ©vĂ©lations faites par son ex-Ă©pouse. « Ça sera une maniĂšre pour lui d’ĂȘtre celui qui fait avancer l’enquĂȘte, celui qui est le maĂźtre des horloges », a poursuivi l’avocat, tout en observant que la « perversité » de Michel Fourniret Ă©tait « sans limite » et qu’il pourrait aussi ne rien dire. 
La piste Fourniret avait Ă©tĂ© Ă©tudiĂ©e Ă  partir de son arrestation en juin 2003 en Belgique aprĂšs une tentative d’enlĂšvement. Mais les enquĂȘteurs l’avaient mis hors de cause en 2007. 

« La France ne sait pas enquĂȘter sur les tueurs en sĂ©rie », a regrettĂ© Me Seban, qui a saluĂ© le travail effectuĂ© par la juge Kheris depuis sa reprise en main du dossier. Celle-ci enquĂȘte par ailleurs sur la disparition de Marie-AngĂšle Domece en 1988 et la mort de Joanna Parrish en 1990, que le tueur en sĂ©rie a avouĂ©es en 2018, et a Ă©galement rĂ©cupĂ©rĂ© les investigations sur la disparition en 1993 de Lydie LogĂ©. Michel Fourniret purge une peine de prison Ă  perpĂ©tuitĂ© incompressible, depuis qu’il a Ă©tĂ© dĂ©clarĂ© coupable en 2008 des meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001. Il a de nouveau Ă©tĂ© condamnĂ© en 2018 pour un assassinat crapuleux. 

[ad_2]
Source

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page