MONDE

Accord historique de normalisation entre IsraĂ«l et les Émirats

[ad_1]





Lecture : 3 minutes

Les Émirats arabes unis et IsraĂ«l ont convenu, ce jeudi, de normaliser leurs relations dans le cadre d’un accord historique nĂ©gociĂ© par les États-Unis, en vertu duquel l’État hĂ©breu a acceptĂ© de mettre fin Ă  la poursuite de l’annexion de territoire palestinien.

AnnoncĂ© en premier par le prĂ©sident amĂ©ricain, Donald Trump, sur Twitter, cet accord verra IsraĂ«l mettre fin Ă  son plan d’annexion de grandes parties de la Cisjordanie occupĂ©e, selon les Émirats.

Il ferait des Émirats arabes unis le troisiĂšme pays arabe avec lequel IsraĂ«l entretient des relations diplomatiques aprĂšs ses accords de paix avec l’Égypte (1979) et la Jordanie (1994). « Une ENORME avancĂ©e », a tweetĂ©, jeudi, Donald Trump, qui l’a qualifiĂ©e d’« accord de paix historique entre nos deux GRANDS amis ».

Des Ă©changes commerciaux

« Aujourd’hui, une nouvelle Ăšre commence dans les relations entre IsraĂ«l et le monde arabe », a dĂ©clarĂ© le Premier ministre israĂ©lien, Benjamin Netanyahu, lors d’une confĂ©rence de presse.

« J’ai eu une discussion trilatĂ©rale avec le prĂ©sident amĂ©ricain Trump et le cheikh Ben Zayed (Emirats, ndlr) et nous avons convenu d’un accord de paix complet avec des Ă©changes d’ambassadeurs et des Ă©changes commerciaux, y compris des vols directs entre Abou Dhabi et Tel-Aviv », a-t-il ajoutĂ©, lors d’une allocution tĂ©lĂ©visĂ©e.

Cette normalisation aura pour effet de « reporter » les projets israĂ©liens d’annexion, a prĂ©cisĂ© le dirigeant israĂ©lien, qui a affirmĂ© n’avoir pas « renoncé » Ă  cette option. « J’ai apportĂ© la paix, je rĂ©aliserai l’annexion », a-t-il soutenu alors que le prĂ©sident de l’AutoritĂ© palestinienne Mahmoud Abbas convoquait en soirĂ©e une « rĂ©union d’urgence » de la direction palestinienne afin d’adopter la ligne Ă  adopter face Ă  la normalisation des relations entre IsraĂ«l et les Emirats.

Le prĂ©sident amĂ©ricain avait prĂ©sentĂ©, en janvier dernier, son projet de paix pour le Moyen-Orient qui prĂ©voyait notamment l’annexion par IsraĂ«l de pans de la Cisjordanie occupĂ©e. Et le gouvernement d’union israĂ©lien avait commencĂ©, en juillet, Ă  Ă©tudier la marche Ă  suivre pour mettre en Ɠuvre ce projet, une partie de la classe politique craignant qu’une annexion unilatĂ©rale, sans pourparlers prĂ©alables avec les Palestiniens, ne mĂšne Ă  plus de violence.

Coopération officieuse

Ces derniĂšres annĂ©es, IsraĂ«l a dĂ©veloppĂ© une coopĂ©ration officieuse avec des Ă©conomies rĂ©gionales comme BahreĂŻn, les Émirats et l’Arabie saoudite, avec lesquels il cherche Ă  normaliser ses relations.

Par le passĂ©, cette normalisation Ă©tait intimement liĂ©e au processus de paix avec les Palestiniens, qui devait servir de pont aux relations avec le monde arabe et plus largement musulman. Mais pour Benjamin Netanyahu, c’est plutĂŽt la normalisation avec les pays arabes qui poussera les Palestiniens Ă  un accord de paix avec IsraĂ«l.

« La gauche israĂ©lienne et mondiale a toujours dit qu’on ne peut pas faire d’accord de paix avec les pays arabes sans la paix avec les Palestiniens (
). Pour la premiĂšre fois dans l’Histoire, Benjamin Netanyahu a brisĂ© ce paradigme », a rĂ©agi son parti, le Likoud.

L’annonce de la normalisation avec les Émirats arabes unis permet « d’éviter » une « annexion unilatĂ©rale », a d’ailleurs commentĂ©, sur Twitter, le chef de la diplomatie israĂ©lienne Gabi Ashkenazi, membre du parti centriste Bleu Blanc.

Un « chÚque en blanc »

La normalisation des relations entre IsraĂ«l et les Émirats arabes unis « ne sert pas la cause palestinienne » et constitue un « chĂšque en blanc » pour la poursuite de « l’occupation » par l’État hĂ©breu, a dĂ©noncĂ© le mouvement islamiste palestinien, Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

L’AutoritĂ© palestinienne de Mahmoud Abbas a fustigĂ© l’accord et appelĂ© Ă  une « rĂ©union d’urgence » de la Ligue arabe.

Elle a annoncé, jeudi soir, le rappel « immédiat » de son ambassadeur à Abou Dhabi en guise de protestation



[ad_2]
Source

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page