MONDE

À Montauban : le float-tube des pêcheurs s’est invité sur le Tarn

l’essentiel
Les amateurs de pêche en float-tube ont pris part, samedi, sur le Tarn, à la première manche du circuit Occitanie de la spécialité. Sous des conditions météo favorables, les compétiteurs ont joué des palmes pour remonter les plus belles prises.

Sur le Tarn ce samedi matin, 27 pêcheurs des environs avaient rendez-vous pour la première manche (sur trois) du circuit float-tube en Occitanie. La compétition est organisée pour la première fois dans la région. À bord de leur embarcation gonflable légère, les fameux float-tube, les compétiteurs ont passé la matinée à chercher le coin idéal pour réaliser les plus belles prises, celles qui leur feront gagner des points pour se hisser en haut du classement.

À coups de palmes, depuis 7 h 30, chacun se poste aux endroits stratégiques, entre Pont-Neuf et Pont-Vieux. « Cette compétition se déroule sur un cours d’eau, ce qui est assez rare, souligne René Delcros, vice-président de la fédération de pêche 82 et président de la fédération de pêche de Montauban, en charge de l’organisation. Le but est de capturer le plus possible de poissons, des carnassiers en particulier : brochets, sandres, perches, silures, chevesnes et barbots. »

Sur l’eau, une dizaine de commissaires répartis sur cinq bateaux veillent et contrôlent les prises avant la remise à l’eau des poissons. Les pieds dans le Tarn, les pêcheurs se déplacent en toute discrétion sur la rivière pour rejoindre en silence les spots de pêche les plus intéressants : végétation en berge, pile de pont, haut fond ou encore arbre immergé. Dans leur bulle, les compétiteurs sont concentrés. Les conditions météo sont bonnes. Ne reste plus qu’à se fixer là où ça mord. Le calme et la patience feront le reste.

Des poissons « peu mordeurs »

Chaque compétiteur a le droit d’embarquer plusieurs cannes à pêche mais une seule doit être utilisée à la fois. Aux pieds du Pont-Neuf, Cédric, un Toulousain, garde le sourire. « Au début j’ai essayé le silure mais sans grand succès. Je suis alors passé sur le chub’ », explique-t-il. Dans sa bourriche en effet, quelques chevesnes de petite taille, à peine 18 cm. Loin du silure de 80 cm pêché un peu plus tôt dans la matinée par un de ces concurrents.

En moyenne, les prises du jour homologuées tournent autour d’une vingtaine

de centimètres. Mais qu’importe. Les pêcheurs sont avant tout là pour passer un bon moment, dans un cadre agréable. « C’est une manche compliquée pour tout le monde, constate de son côté Rémy. Il a fallu se casser la tête pour trouver des poissons qui n’étaient pas très mordeurs ce matin. La plupart n’étaient pas à la bonne taille. » Mais le Montalbanais peut être satisfait de son épreuve : avec deux chevesnes de 20 cm et une carpe de 39 cm, il se hisse à la quatrième place de cette première manche, « pas très loin derrière les premiers », sourit-il. De quoi aborder serein la suite de la compétition.

Classement : 1. Cédric Gandini avec cinq chevesnes ; 2. Jean-Marie Lenglart avec quatre chevesnes ; 3. Xavier Clerc avec quatre chevesnes.

Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page