Culture

Marrakech : Nouamane Lahlou gratifie le public de la 53è édition du FNAP, d’un florilège de ses plus belles chansons

Marrakech – L’artiste talentueux Nouamane Lahlou a enchanté le public de la 53e édition du Festival National des Arts Populaires (FNAP), samedi à Marrakech, en le gratifiant d’un florilège de ses plus belles chansons, célébrant la beauté des villes marocaines et abordant des questions humaines profondes.

Mettant à l’honneur l’artiste, parolier, compositeur et chanteur Nouamane Lahlou, cette manifestation musicale riche en couleurs, s’inscrit dans la tradition de la “Nuit des Etoiles”, lors de laquelle, chaque édition du Festival célèbre une icône de la chanson marocaine et arabe, comme ce fut le cas précédemment avec, feu Abdou Cherif ou encore l’artiste tunisien Lotfi Bouchnak.

Cette soirée envoutante, qui a attiré une foule nombreuse, remplissant les vastes espaces du Palais des Congrès d’une atmosphère festive et conviviale, a été marquée par la présence de personnalités issues de divers horizons créatifs, notamment le poète des chansons “Bladi Ya Zine Al Bouldane” et “Marrakech Ya Bahjat Lyam”, Mohammed Skalli, le chanteur Fouad Zbadi, le maestro Ahmed Cherkani, le comédien Hassan Foulan, ainsi que des figures des milieux associatif, médiatique et scientifique.

Ouvrant le bal de ce spectacle enchanteur, Nouamane Lahlou a débuté avec l’interprétation, avec maestria, de “Bladi Ya Zine Al Bouldane”, une chanson emblématique qui célèbre l’hospitalité légendaire du Maroc et met en lumière la beauté et la splendeur de ses montagnes majestueuses, de ses rivages, ainsi que la générosité et l’hospitalité de son peuple accueillant.

Sous la houlette du maestro Mounir Hamala, l’orchestre a brillamment accompagné le chanteur natif de Fès dans une interprétation magistrale des chansons “Ouezzane”, qui loue la signification spirituelle et historique de cette ville si emblématique, et “Laghzala Zagora”, mettant en lumière la beauté des matinées paisibles de la ville de Zagora et l’éclat majestueux de ses oasis et son soleil brillant.

Par la suite, le public a été conquis par la chanson “Tafilalet”, où Nouamane Lahlou illustre la sécularité de la région et les valeurs authentiques de ses habitants, telles que l’harmonie, l’amour et la paix.

La chanson “Marrakech Ya Bahjat Lyam” a également séduit les spectateurs, en célébrant les richesses naturelles de la Cité Ocre et de ses alentours, ainsi que la joie constante qui emplit ses habitants et ses visiteurs.

En outre, Nouamane Lahlou n’a pas manqué l’occasion d’évoquer l’aura enchanteresse de la ville de Tanger à travers la chanson “Ay Sir Fik ya Tanja”, qui met en avant la beauté mystique de la Perle du Nord et les récits de ceux qui ont été captivés par son charme et sa beauté, tout en soulignant sa capacité à unir les cultures et à transcender les frontières.

Accompagné des rythmes dynamiques de la Reggada et des sonorités de la flûte orientale “Qasba”, l’artiste honoré a interprété “Mlih Mlih”, une œuvre qui invite à célébrer l’authenticité et le charme infini de la capitale de l’Oriental, Oujda.

De même, l’assistance a eu droit à une interprétation de la chanson “Ya Chefchaouen Ya Nouwara”, qui se veut une ode aux rôles pionniers des grandes figures de la ville bleue, telles que Moulay Ali Ben Rachid et Sayyida Al Horra.

Ce concert a été, par ailleurs, ponctué par la remise d’un Trophée commémoratif à l’artiste honoré par le Festival, en reconnaissance de ses contributions artistiques étroitement liées aux questions sociétales et humanitaires.

Dans une déclaration à la MAP à cette occasion, le directeur du FNAP et président de l’Association Grand Atlas, Mohamed Knidri, s’est réjoui de cette soirée éclectique qui a mis à l’honneur l’une des figures emblématiques de la musique marocaine ayant grandement enrichi le répertoire de la chanson engagée.

“Le Oud offert à Nouamane est une expression de l’importance particulière que cet instrument revêt pour l’artiste gratifié, ainsi que de sa place dans la civilisation arabe et islamique”, a-t-il ajouté.

Dans une déclaration similaire, Nouamane Lahlou a fait part de sa grande joie d’avoir été honoré lors de la 53è édition du FNAP, invitant la direction du Festival à “continuer sur cette voie et à honorer tous les artistes pionniers du Maroc” pour leur offrir un soutien significatif et mettre en valeur leurs œuvres exceptionnelles.

De son côté, le maestro Ahmed Cherkani, qui a orchestré de nombreuses chansons de Nouamane Lahlou, s’est dit heureux de prendre part à cette cérémonie en l’honneur de “ce grand artiste fidèle à l’authenticité et à l’identité marocaines, à travers son engagement en faveur des genres et des gammes musicales du Royaume, ainsi que du dialecte marocain élégant”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page