Culture

Marrakech : Le FNAP, une incarnation de l’art au service du rapprochement des nations

Par: Abderrahmane SAJI

Marrakech – Le public de la 53e édition du Festival National des Arts Populaires (FNAP) a été gratifié, vendredi à Marrakech, d’un spectacle fascinant où les sonorités authentiques du patrimoine aissaoui ont croisé les danses traditionnelles chinoises et burkinabées, illustrant ainsi un véritable dialogue culturel et civilisationnel entre les nations.

Cette rencontre des traditions, à la fois riche et harmonieuse, incarne avec finesse le message universel de rapprochement entre les peuples, transcendant les barrières géographiques, linguistiques, religieuses et ethniques.

Dans une scène de magnificence, les spectateurs ont été captivés par la parfaite symbiose entre les artistes chinois et burkinabés, qui ont brillamment combiné leurs arts respectifs avec la musique Aïssaoua et les poésies soufies pour offrir une expérience culturelle inoubliable.

Orné de mosaïques chatoyantes et de fresques somptueuses, le Palais Bahia a enchanté le public venu des quatre coins du Royaume pour se délecter de cette soirée exceptionnelle, agrémentée par la performance de la “Danse du Lion” exécutée, avec brio, par une troupe d’étudiants chinois, évoquant la sagesse, la force et la chance.

Sous le charme de cette danse splendide, l’assistance a été transportée par les rythmes envoûtants des cymbales et du grand tambour, dans une ambiance à la fois spectaculaire et immersive. Ce moment magique a offert aux visiteurs de la Cité Ocre une véritable fenêtre sur la beauté de l’art chinois, éveillant leur curiosité envers cette tradition culturelle empreinte de mystère et d’élégance.

Au cœur des arts chinois présentés lors de cette soirée éclectique, un ensemble d’étudiantes- artistes a présenté la “Danse du Jasmin”, qui se veut une célébration poétique de la nature.

Grâce à leurs mouvements fluides et leurs ombrelles raffinées, les danseuses ont réussi le temps de ce spectacle fascinant, à confectionner des tableaux uniques, révélant l’attachement profond de la culture chinoise à la beauté, à la joie de vivre et à l’art sous ses formes les plus créatives.

L’un des moments les plus marquants de la soirée a été la performance du jeune “Ukun Iwan”, âgé seulement de 15 ans, sur la scène du Palais de la Bahia avec sa guitare en style chinois moderne.

À travers ses interprétations musicales vibrantes pour la jeunesse, il a conquis le public, dont les applaudissements enthousiastes ont servi de soutien réconfortant, poussant le jeune artiste à surmonter sa “timidité”.

La foule a également eu droit à un spectacle fascinant avec la “Danse de l’oiseau enchanteur”, où deux jeunes danseuses ont, par leur grâce inégalée, incarné la beauté d’un oiseau avide de liberté.

Par ailleurs, la soirée a également vu la représentation du Burkina Faso par la troupe “Yiriba Africa”, qui a émerveillé le public en le gratifiant d’un spectacle de danse d’une beauté sublime. Grâce à une parfaite synchronisation entre les mouvements des danseurs et les rythmes musicaux complexes et rapides, la troupe a révélé la sophistication du génie musical africain à travers une performance harmonieuse et précise.

Par la même occasion, le public a eu l’occasion de renouer avec le patrimoine marocain authentique, en assistant à un spectacle de l’art Aïssaoui offert par l’Association Nassim des Arts Traditionnels, dirigée par le Mouqaddem Youssef Zouzou, ainsi qu’à des spectacles envoûtants de la musique Gnaoua, livrés avec maestria par l’artiste Othmane Hmitti.

Placée sous le thème “Rythmes et Symboles Éternels”, cette 53e édition du FNAP réunit pour l’occasion des centaines d’artistes issus de plus de 30 troupes folkloriques marocaines ainsi que de nombreuses troupes internationales venues de Chine, d’Indonésie et du Burkina Faso.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page