Maroc

toutes les 100 secondes, un enfant est infecté par le VIH dans le monde

[ad_1]

VIH

Toutes les 100 secondes, un enfant ou un jeune de moins de 20 ans a Ă©tĂ© infectĂ© par le VIH-Sida l’annĂ©e derniĂšre, a rĂ©vĂ©lĂ© le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (UNICEF), appelant les gouvernements Ă  «protĂ©ger, soutenir et accĂ©lĂ©rer» les efforts de lutte contre cette maladie chez les enfants.

Dans un nouveau rapport, l’agence onusienne dĂ©plore que prĂšs de 320.000 enfants et adolescents ont Ă©tĂ© nouvellement infectĂ©s par le virus de l’immunodĂ©ficience humaine (VIH) et 110.000 enfants sont morts du sida l’annĂ©e derniĂšre.

L’UNICEF constate aussi que les efforts de prĂ©vention et de traitement pour les enfants restent parmi les plus faibles au sein des principales populations touchĂ©es, et en 2019, un peu moins de la moitiĂ© des enfants dans le monde n’avaient pas accĂšs Ă  un traitement qui pourrait leur sauver la vie.

«Les enfants sont toujours infectĂ©s Ă  un rythme alarmant, et ils meurent encore du sida. C’était avant mĂȘme que la Covid-19 n’interrompe les services vitaux de traitement et de prĂ©vention du VIH, mettant ainsi d’innombrables autres vies en danger», a dĂ©clarĂ© la Directrice exĂ©cutive de l’UNICEF, Henrietta Fore, citĂ© dans un communiquĂ©.

Selon l’UNICEF, la pandĂ©mie a aggravĂ© les inĂ©galitĂ©s d’accĂšs aux services de lutte contre le VIH pour les enfants, les adolescents et les femmes enceintes partout dans le monde, alors que des craintes sĂ©rieuses existent qu’un tiers des pays Ă  forte charge de morbiditĂ© liĂ©e au VIH ne soient confrontĂ©s Ă  des perturbations liĂ©es au coronavirus.

«Alors mĂȘme que le monde se dĂ©bat au milieu d’une pandĂ©mie mondiale en cours, des centaines de milliers d’enfants continuent de subir les ravages de l’épidĂ©mie de VIH», a ajoutĂ© Mme Fore.

Les donnĂ©es du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), citĂ©es dans le rapport, montrent l’impact des mesures de contrĂŽle, des perturbations de la chaĂźne d’approvisionnement, du manque d’équipements de protection individuelle (EPI) et du redĂ©ploiement des travailleurs de la santĂ© sur les services liĂ©s au VIH.

Dans certains pays, le traitement pĂ©diatrique du VIH et les tests de charge virale chez les enfants ont chutĂ© de 50 Ă  70%, et l’initiation de nouveaux traitements de 25 Ă  50% en avril et mai, ce qui a coĂŻncidĂ© avec les confinements partiels et complets pour contrĂŽler le nouveau coronavirus, selon la mĂȘme source.

( Avec MAP )



[ad_2]

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page