Maroc

Plus de 20.000 arrestations et 154 millions de dollars saisis dans une vaste opération contre les arnaques en ligne coordonnée par Interpol

[ad_1]

Interpol

Une vaste opĂ©ration coordonnĂ©e par Interpol pour lutter contre les escroqueries au tĂ©lĂ©phone et sur internet a abouti Ă  plus de 20.000 arrestations Ă  travers le monde et Ă  la saisie de prĂšs de 154 millions de dollars de fonds illicites, a annoncĂ© mercredi l’organisation basĂ©e Ă  Lyon en France.

LancĂ©e en septembre 2019 dans 35 pays, cette opĂ©ration d’ampleur baptisĂ©e “First Light” (“PremiĂšre lueur”), a officiellement pris fin en novembre 2020. Elle a permis d’effectuer plus de 10.000 perquisitions, d’interpeller 21.549 criminels prĂ©sumĂ©s, opĂ©rateurs, fraudeurs et suspects de blanchiment d’argent, et de saisir prĂšs de 154 millions de dollars de fonds illicites sur 310 comptes gelĂ©s, indique un communiquĂ© d’Interpol.

L’opĂ©ration a Ă©tĂ© dĂ©clenchĂ©e aprĂšs plusieurs mois d’enquĂȘte et une sĂ©rie de “notices mauves” publiĂ©es par l’organisation internationale de police criminelle qui ont permis le partage d’informations sur les modes opĂ©ratoires, les dispositifs et les modes de dissimulation utilisĂ©s par les criminels.

Les suspects Ă©taient impliquĂ©s dans plusieurs types d’arnaques en ligne, principalement de type “social engineering”, consistant Ă  manipuler des personnes afin d’obtenir leurs mots de passe ou coordonnĂ©es bancaires, prĂ©cise Interpol, soulignant que les criminels avaient su profiter du contexte de la pandĂ©mie.

La plupart des escroqueries concernaient des e-mails proposant des associations en affaires, des arnaques romantiques et sexuelles, ou du “smishing”, ou “phishing” par SMS, mĂ©thode d’arnaque qui s’opĂšre via la messagerie tĂ©lĂ©phonique mobile dans le but de dĂ©rober des donnĂ©es personnelles ou bancaires.

Ce vaste coup de filet a rĂ©vĂ©lĂ© la nature internationale de beaucoup d’arnaques, dont les auteurs sĂ©vissent souvent dans un autre pays, voire un autre continent, pour contourner la loi. L’argent rĂ©coltĂ© passe Ă©galement par plusieurs pays, et des “mules” sont parfois utilisĂ©es aux fins de blanchiment, prĂ©cise Interpol.

“Il est important que les pays membres gardent Ă  l’esprit qu’ils ne sont pas seuls pour combattre ces fraudes”, souligne dans le communiquĂ© le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral de l’organisation, JĂŒrgen Stock.

( Avec MAP )



[ad_2]

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page