ECONOMIEMarocPOLITIQUE

Le Roi Mohammed VI reçoit Wali Bank Al-Maghrib

Sa MajestĂ© le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, accompagnĂ© de SAR le Prince HĂ©ritier Moulay El Hassan et de SAR le Prince Moulay Rachid, a reçu, samedi 1er mouharram 1444 de l’HĂ©gire, correspondant au 30 juillet 2022, au Palais Royal de Rabat, M. Abdellatif Jouahri, Wali Bank Al-Maghrib, qui a prĂ©sentĂ© au Souverain le rapport annuel de la Banque Centrale sur la situation Ă©conomique, monĂ©taire et financiĂšre au titre de l’exercice 2021.

Dans son allocution devant Sa MajestĂ© le Roi, M. Jouahri a indiquĂ© que malgrĂ© une conjoncture internationale difficile, l’économie nationale a pu rĂ©aliser une performance remarquable en 2021, avec une croissance de 7,9% et ce, grĂące Ă  la campagne de vaccination, qui a connu un progrĂšs exceptionnel, et au programme de relance Ă©conomique lancĂ©s par le Souverain, en plus du maintien des stimulus monĂ©taire et budgĂ©taire et des conditions climatiques favorables.

Ce rebond de l’économie nationale a engendrĂ©, a-t-il prĂ©cisĂ©, une nette hausse des recettes fiscales, contribuant ainsi Ă  rĂ©duire le dĂ©ficit budgĂ©taire Ă  5,9% du PIB, alors que la reprise sur le marchĂ© du travail n’a Ă©tĂ© que partielle.

D’un autre cĂŽtĂ©, il a soulignĂ© que les Ă©changes extĂ©rieurs ont enregistrĂ© une amĂ©lioration remarquable et les transferts des Marocains rĂ©sidant Ă  l’étranger ont atteint un niveau record de 93,7 milliards de dirhams, permettant ainsi de contenir le dĂ©ficit du compte courant Ă  2,3% du PIB. Les avoirs officiels de rĂ©serve de Bank Al-Maghrib se sont ainsi Ă©tablis Ă  l’équivalent de 6 mois d’importations. Pour sa part, l’inflation est ressortie Ă  1,4% au lieu de 0,7% une annĂ©e auparavant, sous l’effet essentiellement des pressions d’origine externe.

Dans ce contexte et pour soutenir la reprise de l’économie, M. Jouahri a prĂ©cisĂ© que Bank Al-Maghrib a maintenu l’orientation accommodante de sa politique monĂ©taire et a reconduit les mesures mises en place en 2020 dans le cadre de la rĂ©ponse Ă  la crise, contribuant ainsi Ă  la poursuite de la tendance baissiĂšre des taux d’intĂ©rĂȘt et au maintien du rythme relativement soutenu du crĂ©dit bancaire.

Il a par ailleurs indiquĂ© que sur le marchĂ© de change, alors que le cours du Dirham est restĂ© Ă  l’intĂ©rieur de la bande de fluctuation, la Banque a poursuivi ses efforts visant Ă  sensibiliser les acteurs Ă©conomiques notamment les petites et moyennes entreprises aux risques de change.

Somme toute, M. Jouahri a affirmĂ© que grĂące Ă  une mobilisation exceptionnelle, sous le leadership de Sa MajestĂ© le Roi, le Maroc a rĂ©ussi Ă  rĂ©sister Ă  la crise et Ă  assurer un retour sans heurts Ă  la normalitĂ© de l’activitĂ© Ă©conomique et sociale. Cela a permis de rehausser la confiance et de redonner l’espoir de retrouver, voire dĂ©passer, les performances Ă©conomiques et sociales d’avant crise.

Toutefois, alors que le monde s’apprĂȘtait Ă  entrer dans l’ùre post-Covid, a-t-il ajoutĂ©, le dĂ©clenchement de la guerre en Ukraine a accentuĂ© les perturbations du commerce mondial et la flambĂ©e des prix et a engendrĂ© une dĂ©tĂ©rioration des perspectives Ă©conomiques et une intensification des incertitudes qui les entourent.

Face Ă  un tel environnement international, M. Jouahri a soutenu qu’il est impĂ©ratif que les autoritĂ©s publiques donnent la visibilitĂ© nĂ©cessaire pour redynamiser l’investissement privĂ© et renforcer l’adhĂ©sion Ă  l’action publique. Celle-ci requiert plus de transparence dans le processus de dĂ©cision, une communication claire sur les choix opĂ©rĂ©s et des Ă©valuations rĂ©guliĂšres et objectives de leur mise en Ɠuvre.

Toutefois, pour de nombreux chantiers en cours, ces prĂ©requis ne sont pas suffisamment pris en compte. Le cas de la rĂ©forme de l’éducation en est un exemple Ă©difiant. Sa mise en Ɠuvre connait plusieurs changements, ce qui peut nuire Ă  la mobilisation nĂ©cessaire pour la concrĂ©tisation de ses ambitieux objectifs.

Sur un autre registre, M. Jouahri a indiquĂ© que le chantier de la gĂ©nĂ©ralisation de la protection sociale, lancĂ© par Sa MajestĂ© le Roi, est citĂ© aujourd’hui en exemple par les institutions et les partenaires internationaux. Pour sa rĂ©ussite et sa finalisation dans les dĂ©lais prĂ©vus, il est indispensable de mener Ă  bien les projets parallĂšles, qui devraient permettre de mobiliser une partie des ressources nĂ©cessaires, tels que l’achĂšvement de la rĂ©forme du systĂšme de compensation et la mise en Ɠuvre du registre social unifiĂ©. En outre, la rĂ©forme des rĂ©gimes de retraite est encore partielle et incomplĂšte, alors que les Ă©quilibres financiers de certains d’entre eux connaissent une dĂ©tĂ©rioration inquiĂ©tante.

A cet Ă©gard, il a spĂ©cifiĂ© que des marges potentielles rĂ©sideraient Ă©galement au niveau de plusieurs projets que Sa MajestĂ© le Roi a initiĂ©s. Il s’agit en particulier de la refonte du secteur des entreprises et Ă©tablissements publics, pour une plus grande efficience et une meilleure contribution Ă  la dynamisation de l’investissement et de l’opĂ©rationnalisation du Fonds Mohammed VI pour l’investissement, qui permettraient, parallĂšlement Ă  l’adoption du projet de la charte d’investissement, d’espĂ©rer un nouveau souffle pour le tissu productif national, qui en a tant besoin.

Par ailleurs et compte tenu des consĂ©quences palpables du changement climatique, Wali Bank Al-Maghrib a plaidĂ© pour un changement de paradigmes en matiĂšre d’élaboration des politiques de lutte contre ce phĂ©nomĂšne. Il conviendrait ainsi selon lui d’opter pour une approche holistique et surtout ferme pour renforcer la prise en compte des exigences climatiques comme une constante fondamentale de toute action publique ou privĂ©e.

Enfin, M. Jouahri a soulignĂ© que le monde s’apprĂȘte Ă  entrer dans une nouvelle Ăšre marquĂ©e par des changements profonds de paradigmes que les crises successives ont enclenchĂ©s ou accĂ©lĂ©rĂ©s. Face Ă  cet environnement difficile, il a rappelĂ© que les vĂ©ritables atouts du Maroc restent ses constantes nationales et son capital humain. Il est donc impĂ©ratif que toutes les parties prenantes et les forces vives du Maroc se mobilisent derriĂšre Sa MajestĂ© le Roi dans un Ă©lan et un esprit oĂč l’intĂ©rĂȘt national prime sur toute considĂ©ration personnelle, catĂ©gorielle ou partisane, et ce en vue de la concrĂ©tisation tant attendue de l’ambition de hisser le Royaume au rang des pays Ă©mergents.

M. Abdellatif Jouahri a, Ă  cette occasion, remis Ă  SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, le rapport annuel de la Banque Centrale sur la situation Ă©conomique, monĂ©taire et financiĂšre au titre de l’exercice 2021.

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page