Maroc

3 raisons pour lesquelles la cartographie de la connectivité scolaire est source de changement

Deux ans après le début de notre partenariat novateur avec l’UNICEF, à l’appui de Giga, l’initiative conjointe de l’UIT et de l’UNICEF, nous avons contribué à jeter les bases pour plus de deux millions d’enfants dans le monde. Et tout cela commence par une tâche essentielle : cartographier les écoles et leur connectivité. Voici pourquoi c’est important.

 

À quel point pensez-vous que la qualité de votre vie et les perspectives qui vous sont offertes auraient été différentes si vous n’aviez jamais connu la connectivité ?

 

Malheureusement, c’est aujourd’hui la réalité pour des centaines de millions d’enfants dans le monde. Selon le dernier rapport de l’UIT sur l’état de la large bande, on estime aujourd’hui à 2,7 milliards le nombre de personnes qui n’ont pas accès à la connectivité, dont une forte proportion provient d’économies à revenu faible ou intermédiaire. Selon les chiffres de l’UNICEF, cela signifie qu’environ 463 millions d’enfants n’ont pas eu accès à l’enseignement à distance pendant la pandémie. Pour replacer ce chiffre dans son contexte, cela représente un peu plus de la moitié de la population totale de l’Europe.

 

Pourquoi il est important de connecter les écoles

 

Vivre sans connectivité ou sans les compétences nécessaires pour accéder aux avantages de la connectivité vous prive d’un monde d’opportunités. Pour les enfants en particulier, la connectivité ouvre la voie à un avenir meilleur grâce à l’importance croissante de l’utilisation des outils numériques et des contenus d’apprentissage dans les systèmes éducatifs et aux nouveaux modèles d’apprentissage hybride.

 

Par ailleurs, il ne suffit pas que les écoles soient connectées, il faut que la connectivité ait un sens. Le rapport Connecting Learning Spaces : Possibilities for Hybrid Learning de la Commission sur le large bande pour le développement durable, dirigée par l’UIT et l’UNESCO, souligne l’importance d’une connectivité utile pour les écoles, qui permet à un plus grand nombre d’élèves d’apprendre en ligne, en utilisant plusieurs appareils et un plus large éventail d’applications, mais qui offre aussi davantage de possibilités d’apprentissage par l’expérience (sur place, à distance, par problème et par projet) sur le terrain et en cours d’emploi. La fixation d’objectifs pour une bande passante minimale pour les écoles peut contribuer à garantir que la connectivité est suffisante, que les fonctionnalités de base peuvent être menées et que le calcul des coûts est réaliste et transparent.

 

Il y a aussi les avantages macroéconomiques d’une connectivité significative pour les écoles. Une étude de l’Economist Intelligence Unit commandée par Ericsson conclut qu’une augmentation du PIB suivrait si une meilleure connectivité scolaire était introduite dans les pays qui sont aujourd’hui équipés d’une connectivité inférieure à la moyenne. Ces mêmes recherches soulignent également le rôle essentiel des politiques et des programmes qui favorisent l’inclusion numérique sociale et l’intégration de la technologie dans l’éducation. En termes simples, la connexion des écoles peut générer une valeur substantielle et de grande portée dans tous les secteurs de la société.

 

Au cours des deux premières années de notre partenariat avec Giga, nous nous sommes efforcés de comprendre l’ampleur du problème. Voici nos trois principales conclusions :

 

  1. De solides partenariats public-privé sont essentiels pour résoudre la crise de la connectivité

 

Il y a deux ans, Ericsson a innové en devenant le premier partenaire du secteur privé à prendre un engagement de plusieurs millions de dollars et à apporter une importante contribution en nature pour soutenir l’initiative conjointe UNICEF-ITU Giga.  En nous lançant dans cette aventure, nous avons confirmé notre conviction, fondée sur des décennies d’expérience en matière de partenariats public-privé, que les partenariats réussis ne peuvent pas reposer uniquement sur un soutien financier. Au contraire, si l’on y ajoute d’autres ingrédients clés tels que notre leadership technologique et notre connaissance unique du secteur, nous pouvons contribuer à conduire le changement plus efficacement avec nos partenaires.

 

En déployant la technologie pour le bien, en collaborant, en co-créant et en innovant de manière inédite, nous avons démontré qu’en travaillant ensemble, les acteurs publics et privés peuvent apporter de réels changements dans le monde. Afin d’accroître l’impact et le potentiel de Giga, nous invitons d’autres leaders de l’espace privé à s’engager également dans cette voie.

 

Outre son engagement de plusieurs millions de dollars en faveur de Giga, Ericsson apporte également une contribution en nature en déployant l’expertise de spécialistes des données de son pôle d’accélération mondial de l’IA pour travailler aux côtés des spécialistes des données de Giga. Nous avons en outre pu compter sur l’engagement de centaines de bénévoles d’Ericsson et d’une équipe dévouée de « faiseurs de changement » qui ont mis à disposition leurs compétences et leur expertise, ainsi que les connaissances approfondies du secteur et la technologie d’Ericsson, pour résoudre des problèmes complexes et soutenir le travail essentiel de Giga.

 

  1. L’expertise technique et l’innovation sont essentielles pour comprendre l’ampleur du problème

 

Vous ne pouvez pas résoudre un problème avant de le comprendre parfaitement. Identifier les obstacles sous-jacents à la connectivité est la première étape essentielle. Pour Giga, cela signifie cartographier l’emplacement des écoles ainsi que les niveaux de connectivité et de couverture : où sont les écoles, dans quelle mesure sont-elles couvertes par les réseaux existants (si elles le sont) et sont-elles même connectées ? Si elles le sont, la connectivité est-elle significative ? Et si elles ne sont pas connectées, quels sont les obstacles ?

 

Aujourd’hui, grâce à la contribution financière et à l’expertise de nos scientifiques spécialisés dans les données, nous avons aidé Giga à poser des fondations qui ont contribué à connecter plus de deux millions d’enfants et d’étudiants dans le monde et qui peuvent potentiellement aider à connecter des millions d’autres.

 

En tant que tremplin pour créer ces connexions, la cartographie de la disponibilité de la connectivité internet dans les écoles du monde entier est devenue un outil essentiel qui permet à Giga d’identifier les lacunes et de hiérarchiser les ressources et les actions en conséquence.

 

Nous y sommes parvenus grâce à de nouvelles méthodologies et à des pipelines de données mis au point par nos spécialistes des données, qui ont permis à Giga de cartographier la couverture des réseaux mobiles de 466 371 écoles dans 34 pays. Ce faisant, dans de nombreux cas et pour la première fois, nous mettons en lumière les personnes non connectées et leur permettons d’être vues.

 

L’engagement de nos employés a également été un élément clé de ce processus. Pour soutenir Giga dans le développement de ses solutions cartographiques, nous avons fait appel à tous nos employés dans le monde entier pour aider à repérer les écoles à partir d’images satellite.  Les résultats obtenus aident Giga à former des algorithmes d’apprentissage automatique essentiels pour automatiser le processus d’identification des écoles à partir d’images satellite. Au total, nos employés ont pu apporter une contribution massive de 150 538 validations individuelles de 1 500 images d’écoles en Afrique du Sud, au Costa Rica, au Rwanda, en Sierra Leone, au Kenya et au Brésil.

 

  1. Nous avons besoin de plus qu’une simple connectivité, nous avons besoin d’une connectivité significative.

 

La qualité et la vitesse de la connectivité jouent également un rôle crucial pour garantir la réalisation de cas d’utilisation significatifs. Giga a identifié 20 Mbps comme la norme minimale pour les écoles afin de prendre en charge des cas d’utilisation éducatifs significatifs tels que le travail en ligne, le visionnage de vidéos en ligne, la prise en charge de plusieurs flux vidéo par école et l’accès à des applications en nuage, conformément à la recommandation du rapport de la Commission sur la large bande intitulé « Connected Learning Spaces : Possibilités d’apprentissage hybride, publié l’année dernière.

 

Pour évaluer et surveiller les performances de connectivité dans les écoles, les développeurs d’Ericsson ont travaillé main dans la main avec l’équipe Giga pour co-créer une application unique qui est déployée aujourd’hui pour surveiller et évaluer quotidiennement la connectivité des écoles. L’application transmet la vitesse des données des écoles aux serveurs de l’UNICEF, ce qui permet à Giga et aux écoles de surveiller la qualité de leur service, d’analyser les améliorations possibles et de responsabiliser les fournisseurs de services.

 

Grâce à l’innovation, à des partenariats efficaces et à la volonté d’apporter des changements positifs dans le monde. Je pense que ce projet est l’une des solutions pour résoudre le problème de la connectivité des écoles et offrir à des centaines de millions d’enfants la possibilité d’un avenir meilleur.

 

Si les acteurs privés et publics ont fait ensemble quelques progrès l’année dernière pour connecter les non-connectés, et peuvent en être fiers, il est clair qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour connecter le tiers restant de la population mondiale.

 

Alors que le monde entre dans une nouvelle ère numérique, nous ne devons jamais cesser de travailler pour connecter les non-connectés et garantir un accès égal pour tous aux outils et services numériques, ainsi qu’aux opportunités qu’ils offrent. Dans la poursuite de cet objectif, nous ne devons laisser aucun pays, ville, village, école ou enfant derrière nous.  

 

https://www.ericsson.com/en/blog/2022/10/mapping-school-connectivity-unicef

 

 

Bio: https://www.ericsson.com/en/blog/contributors/u-z/zohra-yermeche

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page