Maroc

Maroc : Les Prix du Poulet Grimpent en Flèche

L’Association nationale des éleveurs de poulets de chair a émis une alerte sur l’augmentation des prix des poulets au Maroc, attribuée à la flambée des coûts des matières premières nécessaires à leur production. Les consommateurs marocains doivent se préparer à une hausse des prix des viandes blanches dans les jours à venir.

Situation Actuelle des Prix

Les prix de vente au détail du poulet non abattu oscillent actuellement entre 18 et 20 dirhams par kilogramme, tandis que les prix de gros dans les marchés régionaux avoisinent les 15 dirhams. Ces prix sont susceptibles d’augmenter, exacerbant ainsi les contraintes financières des ménages marocains.

Facteurs de l’Augmentation

Mohamed Abboud, président de l’Association nationale des éleveurs de poulets de chair, a déclaré que les coûts de production ont grimpé en flèche en raison de l’augmentation des prix des aliments composés pour volailles. Ces aliments, de qualité inférieure, ne favorisent pas une croissance optimale des poussins.

Impact des Coûts des Aliments Composés

Les prix des aliments composés ont atteint 5 dirhams par kilogramme, alors qu’ils ne devraient pas dépasser 3 dirhams. Abboud a précisé que cette hausse n’est pas due à la sécheresse ou au manque de précipitations, car la majorité des matières premières sont importées.

Augmentation du Coût des Poussins

Le coût des poussins d’un jour a également augmenté, atteignant 9 dirhams cette semaine, alors que le prix standard devrait être de 3 dirhams. Cette augmentation se répercute sur les coûts de production, surtout durant l’été, où les températures élevées affectent l’élevage des poulets.

Appel à l’Intervention

L’Association nationale des éleveurs de poulets de chair exhorte le gouvernement à intervenir pour stabiliser les prix et appelle le Conseil de la concurrence à examiner et à répondre aux propositions de l’association pour réguler le marché.

En résumé, la situation critique des prix des poulets au Maroc nécessite une intervention immédiate pour éviter une crise dans le secteur de la volaille et pour protéger le pouvoir d’achat des consommateurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page