Culture

L’Académie du Royaume du Maroc rend hommage à l’écrivain nigérian Wole Soyinka, prix Nobel de littérature en 1986

mardi, 9 juillet, 2024 à 15:44

Rabat – Une table ronde a été organisée, mardi au siège de l’Académie du Royaume du Maroc à Rabat, en hommage à l’écrivain nigérian, Wole Soyinka, prix Nobel de littérature en 1986.

Organisé à l’occasion du 90ème anniversaire de cet écrivain africain, avec le concours de PAWA (Pan African Writers Association) sous le thème “L’Afrique célèbre Wole Soyinka au Maroc”, la rencontre a été l’occasion de revenir sur le parcours de l’éminent homme de lettres nigérian, en mettant l’accent sur sa contribution prolifique à la littérature africaine et mondiale.

Cette rencontre, qui s’est déroulée en présence de nombreuses personnalités du monde culturel, universitaire, économique et diplomatique, a offert l’opportunité de célébrer le talent et l’esprit critique de Wole Soyinka, ainsi que son style d’écriture à travers son dernier ouvrage intitulé “Chroniques du pays des hommes les plus heureux du monde” (2021).

Dans une allocution de circonstance, le Secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc, Abdeljalil Lahjomri, a mis en avant les qualités littéraires de Wole Soyinka, qui s’est illustré tout au long de son parcours comme “un défenseur des cultures africaines” et un fin observateur du Continent.

Saluant cet écrivain nigérian qui met en relief “une représentation dramatique de l’existence”, M. Lahjomri a tenu à préciser que Soyinka est une plume qui s’est toujours opposée à la négritude, “réfutant toute forme de domination”.

Loué pour son combat contre le racisme ainsi que pour ses œuvres ayant porté haut la voix du Continent sur la scène internationale dans le but de créer des traits d’union entre les peuples, ce poète, dramaturge, romancier, essayiste et satiriste a été également félicité par le Secrétaire général de PAWA, Wale Okediran pour son talent et sa qualité d’écriture qui en font “une source d’inspiration pour les jeunes écrivains africains”.

S’exprimant à cette occasion, l’écrivain nigérian a expliqué que cette célébration permet de consolider les liens qui existent entre le Maroc et l’Afrique de l’Ouest et d’en tracer la continuité, citant l’exemple de la relation entre le Royaume du Maroc et le Sénégal à travers le président Senghor dont il a été proche.

Dans une déclaration à la MAP, le professeur à l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) et directeur scientifique de son Institut d’Etudes Avancée, Raphaël Liogier, s’est dit très heureux de participer à cette cérémonie, affirmant que l’invitation au Maroc et à l’Académie du Royaume de cet éminent écrivain nigérian montre que “l’Afrique est capable de se prendre en main, de s’ouvrir sur le monde et d’ouvrir le monde”.

La consécration d’un africain au prix Nobel de littérature constitue un fait majeur, a-t-il ajouté, précisant que les regards doivent être tournés vers l’Afrique”, lequel est doté d’énormes potentialités permettant de relever les défis auxquels fait face le monde actuellement.

Outre la lecture de poèmes célébrant Wole Soyinka, cet événement a également été marqué par la remise du Trophée de l’Académie du Royaume du Maroc à l’éminent écrivain nigérian.

Né le 12 juillet 1934 à Abeokuta, au Nigéria, Wole Soyinka a fréquenté le Government College et l’University College d’Ibadan avant d’obtenir en 1958 un diplôme en anglais de l’Université de Leeds en Angleterre. À son retour au Nigeria, il fonde une compagnie de théâtre et écrit sa première pièce importante, La Ronde dans la forêt (1991), puis plusieurs pièces dans une veine plus légère, Le Lion et la perle (1968) La Métamorphose de frère Jéro (1984).

A travers La mort et l’écuyer du roi (1975), il met dramatiquement en jeu et en scène l’opposition entre la tradition et la modernité. Son dernier roman, Chroniques du pays des hommes les plus heureux du monde (2021), dénonce par la satire, les outrages faits à la raison et à la joie de vivre. Le professeur Wole Soyinka enseigne actuellement à l’Université américaine d’Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page