Économie

La station de dessalement à Nador accompagnera le développement durable de la région

Oujda – La grande station de dessalement de l’eau de mer à Nador, qui sera lancée cette année, contribuera à la dynamique de développement durable de la région de l’Oriental, a indiqué, samedi à Oujda, le ministre de l’Équipement et de l’Eau, Nizar Baraka.

S’exprimant lors des “Orientales de l’investisseur”, dans le cadre de l’évènement “les Orientales”, organisé à l’occasion de la célébration des 20 ans du lancement de l’Initiative Royale pour le développement de la région de l’Oriental, M. Baraka a précisé que la station de dessalement comporte une composante eau potable et une autre d’eau agricole vu l’importance de l’irrigation.

Le ministre a également fait savoir que les 150 milliards de dirhams (MMDH) injectés dans la région ont permis une nette amélioration du produit intérieur brut (PIB) régional, qui a presque doublé en 20 ans, notant que “la politique régionale devrait s’inscrire dans la logique de compter sur nos propres potentialités”.

Par ailleurs, M. Baraka a mis en avant le projet structurant, le port de Nador “west med”, qui sera un véritable moteur de développement, et transformera la région en hub méditerranéen, voire un hub pour l’ensemble du continent.

Et de poursuivre que la connectivité routière dont bénéficie la région représente aussi une opportunité majeure susceptible de l’ériger en pôle de développement socio-économique, et renforcera l’attractivité de la région en termes d’investissements, et la création d’emplois, sachant que le taux chômage de la région est l’un des plus élevés au Maroc.

S’agissant de l’infrastructure hydraulique, le ministre a indiqué que la région dispose de 24 grands barrages et 22 petits barrages, rappelant dans ce sens les efforts menés pour la mobilisation des eaux souterraines, et la garantie de l’approvisionnement en eau potable dans les milieux ruraux.

Pour faire face au besoin en eau, il a fait savoir que d’autres barrages sont en cours de réalisation, notamment à Guercif, Driouech, Taouriret, et Feguig.

De son côté, le ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts, Mohammed Sadiki, a souligné que de grands chantiers ont vu le jour depuis 2003 dans toutes les provinces de la région, ajoutant qu’un grand pas a été fait en matière d’équipement, de modernisation des circuits de l’eau, et de valorisation des systèmes d’irrigation.

Dans ce sens, le ministre a fait savoir que la politique agricole du Maroc se déploie à travers des projets structurants, ajoutant que l’implémentation du “Plan Maroc Vert” dans la région de l’Oriental a permis de valoriser et d’augmenter le niveau de protection des ressources hydriques.

Il s’agit notamment de la création de systèmes économes en eau, l’expansion de l’irrigation, la valorisation des systèmes d’agriculture, le développement de l’agropôle de Berkane, ainsi que le soutien de l’élevage dans la région, qui dispose d’un potentiel de 117.000 hectares de production.

Et d’ajouter que la nouvelle stratégie structurante “Génération green 2020-2030”, basée sur les acquis du Plan Maroc vert, place l’élément humain et le développement humain au centre de ses préoccupations, via notamment le plan agricole régional de l’Oriental, dont le budget s’élève à 18 MMDH sur 10 ans.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page