ECONOMIE

Le Raid aérien « Mermoz » fait escale à Dakhla, sous le signe de la lutte contre le phénomène des enfants-soldats

Les participants à la 3ème édition du rallye aérien “Raid Mermoz”, qui relie Challes-les-Eaux (France) à Dakhla, sont arrivés jeudi soir à l’aéroport Dakhla (dernière étape), avant de reprendre samedi leur périple de retour, sous le signe de la lutte contre le phénomène des enfants-soldats.

A leur arrivée, un accueil chaleureux leur été réservé par les élèves des établissements scolaires qui ont interprété avec brio des pièces de théâtre pour sensibiliser l’opinion publique sur le phénomène des enfants-soldats et attirer l’attention sur le drame de ces enfants embrigadés par les milices armés de par le monde.

A travers ce show, initié par l’Organisation “Colombe blanche”, en coopération avec le Centre international de recherches sur la prévention des enfants soldats à Dakhla, les élèves ont également dénoncé le fait que les enfants-soldats dans le monde sont privés de leur droit à l’éducation et embrigadés par les milices dans les zones de tension, plaidant pour que leurs droits fondamentaux soient garantis.

Dans une déclaration à la MAP, le président directeur général du Centre international de recherches sur la prévention des enfants soldats à Dakhla, Abdelkader Filali a souligné que cette initiative est de nature à inculquer aux enfants les valeurs et la culture des droits de l’Homme, notant que tout enfant a le droit d’aller à l’école et d’avoir accès à la connaissance au lieu d’être enrôlé dans les conflits armés et subir des formations sur le maniement d’armes.

M. Filali a également noté que cet évènement fort symbolique, vient consolider la place et la vocation de Dakhla, en tant que destination de paix mondial, faisant remarquer que cette initiative qui coïncide avec le Raid aérien “Mermoz” consacre les valeurs de paix et d’amour.

De son côté, le président de l’Organisation “Colombe blanche” et militant des droits de l’Homme, Ali Jeddou a indiqué que l’interprétation du phénomène des enfants-soldats à Dakhla par les écoliers s’inscrit dans le sillage des activités de l’Organisation ayant pour objectif de révéler à la communauté internationale le calvaire qu’endurent les enfants associés aux groupes armés.

De même, M. Jeddou a noté que ce raid aérien soutient les enfants-soldats, le but étant d’alerter la communauté internationale et d’intervenir d’urgence pour le respect des droits des enfants.

Pour sa part, le président de l’association Ultra light Discovery, Olivier Roveaux, de nationalité belge et initiateur de l’évènement, a indiqué que ce Raid a pour but d’octroyer des aides aux associations locales, en se félicitant de l’accueil chaleureux réservé par la société civile et l’initiative des élèves visant à dénoncer le phénomène des enfants soldats.

Pour Richard Gouble, directeur logistique aérienne du raid a noté que les participants ont vécu de forts moments durant ce périple, précisant qu’au programme de ce Rallye figurent six étapes reliant Challes-les-Eaux (France), Alicante (Espagne), Al Hoceïma, Errachidia, Taroudant, Cap Juby au Nord de Tarfaya jusqu’au Dakhla, dernière étape.

Les participants vont profiter de leur séjour à Dakhla pour découvrir ses potentialités touristiques et ses traditions et coutumes et rencontrer la population locale, a fait savoir M. Gouble.

Cette année, le raid, réparti sur trois pays (France-Espagne-Maroc) du 7 mai au 18 mai, compte 54 pilotes et co-pilotes à bord de 28 aéronefs ultralégers motorisés (ULM) qui vont voler près de 50h sur les traces de Jean Mermoz, un aviateur français, figure légendaire de l’Aéropostale et atterrir une nouvelle fois sur les bases mythiques utilisées par les célèbres convoyeurs de courriers.

Le Raid Mermoz qui réunit des participants issus de cinq pays européens (la Belgique, la France, le Canada, l’Allemagne et la République tchèque), n’est pas une course mais une aventure aéronautique solidaire et de partage, garantissant la découverte des merveilleux paysages marocains par les airs, souligne les organisateurs.

Des patrouilles de trois à six aéronefs ont été constituées pour faciliter et simplifier les communications avec les services de contrôles et les aéroports visités, précise-t-on.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page