ECONOMIE

La Mosquée « El Kasbah », un haut lieu à forte charge historique en plein cœur de l’ancienne médina d’Essaouira

Par : Mohamed KOURSI

Véritable témoin de l’héritage civilisationnel marocain du 12è siècle de l’Hégire, la mosquée “El Kasbah” est un haut lieu de spiritualité et à forte charge historique qui trône majestueusement en plein cœur de l’ancienne médina d’Essaouira.

Cet édifice religieux, dont la construction remonte à l’ère du règne de Sidi Mohamed Ben Abdellah (12è siècle de l’Hégire correspondant au 18è siècle), se veut la plus ancienne mosquée de la Cité des Alizés.

Ce haut lieu de culte que les Souiris appelaient la mosquée de Sidi Mohamed Ben Abdellah, avant d’être communément connue sous le nom de la mosquée d’El Kasbah, le quartier où elle se trouve, jouait un rôle prépondérant au sein de la société et servait aussi d’espace pour l’enseignement des sciences de l’époque.

Dans cette mosquée se tenaient, également, des chaires scientifiques qui attiraient les oulémas et les personnes intéressées de tout bord, à l’instar des mosquées d’Al Quaraouiyine à Fès et de Ben Youssef à Marrakech, selon une note de présentation de la délégation provinciale du ministère des Habous et des Affaires islamiques.

La mosquée abritait, en outre, un conseil judiciaire où se donnait lecture aux dahirs chérifiens relatifs à la nomination des magistrats et servait de lieu pour la tenue des conférences culturelles et des concertations politiques et économiques.

Parmi les dépendances de cet édifice figuraient deux écoles attenantes, dédiées à l’enseignement des sciences de l’époque. Ces écoles sont liées à la Mosquée par une grande porte pour l’entrée et la sortie des étudiants.

La mosquée comprend aussi une bibliothèque qui regorgeait d’une série d’ouvrages et de manuscrits précieux en provenance de la bibliothèque du Sultan Moulay Ismaïl à Meknès, grand-père du Sultan Sidi Mohamed Ben Abdellah.

Dans une déclaration à M24, la chaîne télévisée d’information en continu de la MAP, le délégué provincial des Habous et des Affaires islamiques, Karim Benâbad, a expliqué que cette mosquée connue à l’échelle nationale, comportait outre l’école, avec des chambres pour l’hébergement des étudiants, une bibliothèque toujours opérationnelle pour la vente de livres et de publications, édités par le ministère.

La mosquée tire son nom du quartier où elle se trouve, à savoir le quartier d’El Kasbah qui renfermait aussi des édifices administratifs, a expliqué M. Banâbad, mettant en avant l’architecture islamique typique de l’époque que renferme ce monument, à l’instar des différentes mosquées et Zaouias, situées dans l’ancienne médina et classées en tant que patrimoine par le ministère de tutelle.

Saluant la Haute Sollicitude dont Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine, entoure les anciennes médinas dans plusieurs villes du Royaume, dont celle d’Essaouira, il a relevé que le programme de réhabilitation de l’ancienne médina de la Cité des Alizés (2015-2018) et le programme complémentaire (2019-2023) prévoient la restauration de 10 zaouias et mausolées, situés à l’intérieur de ce tissu urbain, sachant que les travaux ont été achevés dans 6 sites alors que le taux d’avancement dans les 4 restants dépasse 85%.

De son côté, Hamid El Fadili, membre du conseil local des oulémas d’Essaouira, a indiqué, dans une déclaration similaire, que cet édifice, connu également sous le nom de l’ancienne mosquée, se veut l’un des monuments phares de la ville et un témoin de sa mémoire riche et plurielle.

C’est à partir de cette mosquée qu’on lançait le premier appel à la prière, a-t-il fait savoir, expliquant que les autres mosquées de la ville enchaînaient, ensuite, pour lancer un appel à la prière unifié.

Et M. El Fadili d’ajouter que cette mosquée est connue, à travers son histoire, par ses prêcheurs, ses imams, et les oulémas ayant enseigné dans l’école attenante à cet édifice.

Entourée de nombreux commerces et locaux de services, la mosquée comprend une salle de prières spacieuse qui tient compte des normes architecturales de l’époque (12è siècle de l’hégire), une autre pour les femmes, une chambre réservée à l’imam, un minaret et des installations sanitaires pour hommes et femmes.

La mosquée “El Kasbah”, en tant que monument à forte charge historique et spirituelle, restera à jamais l’une des sources de fierté pour les habitants d’Essaouira, cette cité millénaire, carrefour par excellence des civilisations et havre des valeurs universelles et de coexistence entre les différentes religions monothéistes.

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bouton retour en haut de la page
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x