ECONOMIEMaroc

Jouahri: La gĂ©nĂ©ralisation de la protection sociale requiert une contribution “significative” de l’Etat

La gĂ©nĂ©ralisation de la protection sociale nĂ©cessitera une contribution “significative” de l’Etat, compte tenu de la “faible” capacitĂ© contributive d’une large part de la population, a relevĂ©, mardi Ă  Skhirat, Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al-Maghrib (BAM).

“La capacitĂ© contributive d’une large part de la population reste pour le moment faible et par consĂ©quent, le corollaire de la gĂ©nĂ©ralisation de la protection sociale est, on ne peut plus clair, une contribution significative de l’Etat”, a dit M. Jouhari Ă  l’ouverture d’un colloque international tenu sous le thĂšme “Protection sociale: un chantier de rĂšgne”.

Ainsi, la mobilisation des ressources pour financer la protection sociale fait face Ă  des difficultĂ©s liĂ©es Ă  la capacitĂ© contributive de la population, a-t-il soulignĂ©, citant des chiffres de l’enquĂȘte sur les revenus des mĂ©nages rĂ©alisĂ©e par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) juste avant la pandĂ©mie du covid-19.

“Les donnĂ©es de celle-ci indiquent que les 20% de la population les plus aisĂ©s concentrent 53,3% des revenus contre 5,6% pour les 20% les moins aisĂ©s. Cela laisse conclure qu’une large frange de la population dispose d’un revenu bien en deçà de la moyenne”, a fait remarquer M. Jouahri.

Et de poursuivre que ces rĂ©sultats sont corroborĂ©s par les donnĂ©es du HCP issues de l’enquĂȘte nationale sur l’emploi qui font ressortir que sur les 27 millions de personnes en Ăąge d’activitĂ© en 2021, plus de la moitiĂ©, soit 54,7%, Ă©taient des inactifs.

“Ce taux culmine Ă  prĂšs de 80% pour les femmes, un taux parmi les plus Ă©levĂ©s au monde. De surcroit, et outre les 1,5 million de personnes qui sont au chĂŽmage, les 10,8 millions d’actifs occupĂ©s le sont en majoritĂ© dans des activitĂ©s informelles et ne devraient pas disposer de revenus adĂ©quats. D’ailleurs, les trois-quarts d’entre eux ne bĂ©nĂ©ficient pas de couverture mĂ©dicale”, a notĂ© le Wali de BAM.

ParallĂšlement, M. Jouahri a soulignĂ© qu’aujourd’hui, les autoritĂ©s sont appelĂ©es Ă  donner un contenu concret Ă  ce chantier et Ă  se conformer aux exigences et aux dĂ©lais fixĂ©s par Sa MajestĂ© le Roi notamment dans le discours royal de l’ouverture de la 1Ăšre session de la 5Ăšme annĂ©e lĂ©gislative de la 10Ăšme lĂ©gislature (octobre 2020).

“Pour cela, il faudrait une mobilisation exceptionnelle sur tous les plans pour ĂȘtre Ă  la hauteur de ses attentes”, a-t-il prĂ©conisĂ©.

Il suffit d’examiner les donnĂ©es de l’Organisation Internationale du Travail pour rĂ©aliser qu’un grand nombre de pays, y compris parmi les plus avancĂ©s trouvent encore des difficultĂ©s Ă  atteindre une couverture gĂ©nĂ©ralisĂ©e en matiĂšre de protection sociale, a fait observer M. Jouahri.

D’aprĂšs lui, les raisons sont multiples, liĂ©es en particulier Ă  son coĂ»t Ă©levĂ© et Ă  l’incapacitĂ© de l’offre en matiĂšre de soins de santĂ© en particulier Ă  rĂ©pondre Ă  la demande. “Cet Ă©cart, malheureusement, s’élargit mĂȘme en raison notamment de facteurs dĂ©mographiques liĂ©s au vieillissement de la population et Ă  l’allongement de l’espĂ©rance de vie, des phĂ©nomĂšnes qui ne sont pas spĂ©cifiques aux pays avancĂ©s, mais Ă©galement aux pays qui connaissent une transition dĂ©mographique accĂ©lĂ©rĂ©e comme le nĂŽtre”, a-t-il ajoutĂ©.

Le Wali de BAM a, en outre, affirmé que le nombre de réformes majeures lancées ces derniÚres années au Maroc est impressionnant et consacre sa réputation de pays réformateur.

“Les dĂ©fis aujourd’hui consistent Ă  mobiliser les ressources humaines et financiĂšres nĂ©cessaires, mais Ă©galement Ă  assurer la cohĂ©rence et les synergies Ă  mĂȘme de permettre leur aboutissement et leur rĂ©ussite”, a-t-il estimĂ©.

OrganisĂ© sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, le colloque international sur la protection sociale se veut un espace de dĂ©bats ouverts, de rĂ©flexion, d’échanges et de regards croisĂ©s visant Ă  formuler des propositions pratiques pouvant contribuer Ă  la rĂ©ussite de la mise en Ɠuvre de la rĂ©forme de la protection sociale au Maroc.

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page