ECONOMIE

Entrée en vigueur d’ici fin 2024 du passeport biométrique en Tunisie

Les autorités tunisiennes ont annoncé, samedi, l’entrée en vigueur d’ici la fin de 2024 du passeport et la carte d’identité biométriques.

Les projets de passeport et de carte d’identité biométriques sont prêts depuis 2017, et ce mécanisme devrait entrer en vigueur d’ici fin 2024, a précisé, lors d’une journée d’information organisée à Tunis, le chef de la police technique et scientifique relevant du ministère tunisien de l’Intérieur, Chahir Gdaïem.

Il a affirmé que mis à part sa contribution dans le renforcement de la lutte contre la fraude et la falsification des pièces officielles, le passeport biométrique “constitue, désormais, une priorité du fait que ce document est l’une des principales recommandations de l’Office de l’aviation civile internationale (OACI)”.

Il a rappelé que l’OACI avait appelé, à maintes reprises, les autorités tunisiennes à mettre en application ce passeport avant la fin de 2024, notant que ces documents permettront de contribuer à la lutte contre le terrorisme, l’immigration clandestine et la criminalité transfrontalière.

D’après lui, l’entrée en vigueur du passeport biométrique, à partir de 2024, annule l’usage des anciens passeports.

Et d’ajouter que “la concrétisation de ce projet exige, nécessairement, l’unification et la génération du système de vérification de l’identité à l’échelle nationale”.

Le responsable a relevé que la carte d’identité et le passeport biométriques contiendront une puce électronique avec des données d’identité, une photo du titulaire et ses empreintes digitales, puis cryptée pour en interdire l’accès et protéger leur contenu contre le piratage et les tentatives d’affichage, de modification ou d’annulation de ces données.

Dans ce sens, le ministère tunisien de l’Intérieur a confirmé l’élaboration de deux projets de décrets-loi portant sur l’entrée en vigueur du passeport et de la carte d’identité biométriques, conformément aux recommandations de l’Organisation de l’aviation civile internationale.

Pour sa part, l’Agence nationale de sécurité informatique (ANSI) a annoncé l’intention d’élever le niveau de sécurisation de ces documents biométriques, pour remédier à toute défaillance liée à l’usurpation d’identité.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page