ECONOMIE

Destination Taghazout, un tourisme alternatif combinant nature et culture

Par Sofia El Aouni

Rabat, 09/05/2022 (MAP), Voyager Ă  l’ùre post-Covid est devenu vital. Pour certains, le simple fait de pouvoir enfin se dĂ©placer librement est une source de plaisir. Pour d’autres, ils sont Ă  la recherche d’une bĂ©atitude garantie par le retour aux sources et l’enrichissement culturel.

AprĂšs une pĂ©riode de restriction drastique des voyages imposĂ©e par la propagation du coronavirus, l’engouement pour un “vivre-mieux” est palpable chez les Marocains, avides d’explorer de nouvelles destinations originales et riches de leur patrimoine.

C’est le cas de Taghazout, un village de pĂȘcheurs situĂ© sur la cĂŽte atlantique du Royaume, Ă  quelques kilomĂštres d’Agadir et rĂ©putĂ© pour ses plages aux couleurs saphir. L’endroit est prisĂ© non seulement par les professionnels et amateurs du surf mais Ă©galement par les fĂ©rus du tourisme culturel pour ses potentialitĂ©s qui restent encore Ă  dĂ©couvrir et, surtout, Ă  valoriser.

SurplombĂ© par les montagnes d’Ait Bihi, dont le calme n’est brisĂ© que par les gazouillis des oiseaux et, de temps Ă  autre, le braiment des Ăąnes, Taghazout est sĂ©parĂ©e de la commune rurale d’Aourir par un majestueux cours d’eau enjambĂ© du pont Oued Tamraght.

Cette petite commune abrite le centre culturel Bab Taghazout, un nouveau dispositif culturel dans un milieu rural Ă  l’architecture sobre, ouvert aux visiteurs de Taghazout mais Ă©galement d’Agadir et de ses environs.

Une grande porte reflĂ©tant la beautĂ© brute et la singularitĂ© architecturale de la rĂ©gion de Souss orne Bab Taghazout qui regorge de sculptures, de tableaux de peinture, de cĂ©ramiques, de poteries, de tapis et de dĂ©corations Amazigh en plus des fameux produits de beautĂ© extraits de l’huile d’argan.

Visiter Bab Taghazout, c’est s’offrir une plongĂ©e dans cet art de vivre berbĂšre qui est une composante clĂ© de la riche culture ancestrale du Maroc, et qui sĂ©duit les locaux comme les Ă©trangers. Mus par l’envie de vivre une expĂ©rience de voyage originale et dĂ©paysante, ils choisissent cette partie du Royaume pour leurs vacances, participant par lĂ  Ă  la redynamisation de l’activitĂ© touristique et Ă  la sauvegarde du patrimoine local.

C’est le cas de Martine Mimmas, une Parisienne qui a dĂ©cidĂ© de faire le grand saut et d’ouvrir deux magasins au centre Bab Taghazout. Le premier est spĂ©cialisĂ© dans la confection de bijoux Ă  partir de coquillages et de perles naturelles, collectĂ©s dans les plages de la rĂ©gion dont Taghazout et Imourane, tandis que le deuxiĂšme magasin propose Ă  la vente une large variĂ©tĂ© de thĂ©s Ă  dĂ©guster sur place.

“InstallĂ©s au Maroc depuis quatre ans, mon mari et moi avons ouvert ici notre premier magasin d’articles artisanaux en dĂ©cembre 2021”, indique Mme Mimmas dans une dĂ©claration Ă  la MAP.

“Ce projet tournĂ© vers la promotion du savoir-faire de la rĂ©gion de Souss a Ă©tĂ© dĂ©veloppĂ© en collaboration avec des artisans locaux ainsi qu’avec une coopĂ©rative fĂ©minine pour la confection de plusieurs produits comme des petites pochettes, des sacs de plage et des chaussures”, explique-t-elle.

Évoquant le changement du profil des touristes que reçoit Taghazout, cette retraitĂ©e française estime qu’avec la Covid, les habitudes touristiques ont changĂ©, invitant Ă  une redĂ©couverte de l’histoire et de la richesse naturelle et culturelle du Maroc.

“Avec l’apparition de la pandĂ©mie, les habitudes des voyageurs ont changĂ© pour s’intĂ©resser de plus prĂšs Ă  des produits chics inspirĂ©s du savoir marocain”.

Pour Mme Mimas, Taghazout a pu garder tout son charme et sa singularitĂ© et se dĂ©marquer ainsi de destinations concurrentes qui rivalisent d’atouts et d’offres pour sĂ©duire une clientĂšle aisĂ©e.

Dans le mĂȘme esprit, Cihad Macar, un Ă©tudiant turc installĂ© Ă  Dublin, fait savoir que l’authenticitĂ© de Taghazout ainsi que sa rĂ©putation comme destination mondiale pour le surf et le yoga l’ont poussĂ© Ă  choisir le Maroc pour son premier voyage post-Covid.

“J’ai Ă©tĂ© subjuguĂ© par la beautĂ© de la nature environnante et surtout par la culture culinaire de la rĂ©gion du Souss”, confie-t-il Ă  la MAP.

Loin du tourisme de masse, Taghazout est la vitrine d’un nouveau produit touristique plus durable et plus adaptĂ© aux enjeux environnementaux, Ă©conomiques et gĂ©opolitiques actuels.

Si le tourisme culturel Ă  Taghazout prend petit Ă  petit son envol, d’autres destinations attendent d’ĂȘtre dĂ©couvertes et promues Ă  l’échelle nationale et internationale. Le besoin se fait sentir pour la multiplication des manifestations artistiques, des musĂ©es et autres infrastructures culturelles, pour cĂ©lĂ©brer et valoriser le patrimoine local de chacune des rĂ©gions du Maroc, de maniĂšre Ă  mettre la culture au service de la relance touristique tant attendue.

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page