ECONOMIE

Burkina : le couvre-feu prolongé de 45 jours dans le Sahel

Le couvre-feu instauré dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel au Burkina Faso a été prolongé de 45 jours à compter du 10 avril, a annoncé le gouverneur de la région, le Lieutenant-Colonel P. F. Rodolphe Sorgho.

Les heures du couvre-feu vont de minuit à 04 heures du matin pour la ville de Djibo et de 22 heures à 04 heures du matin pour les communes de Bani, Falagountou, Sampelga, Seytenga, Gorom-Gorom, Markoye et Sebba, selon un communiqué du gouverneur, relayé par des médias.

Pour le reste du territoire régional excepté la ville de Dori, le couvre-feu débute à 19 heures et prend fin à 05 heures du matin.

A ce jour, l’état d’urgence est décrété dans 14 des 45 provinces que compte le pays, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

Les attaques terroristes ont fait entre 2016 et le 31 décembre 2021, plus de 2000 morts, dont 600 éléments des forces de défense et de sécurité, selon le gouvernement burkinabè.

A la date du 28 février 2022, le nombre de personnes ayant fui les attaques terroristes dans le pays s’élève à 1.814.283, a annoncé le Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (Conasur).

Douze soldats burkinabè et quatre Volontaires pour la défense de la patrie (VDP, les supplétifs de l’armée) ont été tués et 21 autres blessés, vendredi, dans une attaque contre le détachement militaire de Namissiguima, province du Sanmatenga, région du centre-nord, rappelle-t-on.

C’est dans la même région du centre-nord qu’une religieuse de nationalité américaine, âgée de 83 ans, a été enlevée, dans la nuit de lundi à mardi, de la paroisse de Yalgo, dans la province du Sanmatenga, par des individus armés non identifiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page