People

Le Bourgeois Gentilhomme de Molière : Résumé

Le Bourgeois Gentilhomme raconte l’histoire de monsieur Jourdain, un nouveau riche qui rêve désespérément d’être considéré comme étant une personne de qualité. Tous les efforts qu’il met en œuvre pour le devenir ne font pourtant que le couvrir de ridicule.

Une personnalité atypique

M Jourdain souhaite tellement être un gentilhomme qu’il engage plusieurs professeurs spécialisés chacun dans leur discipline. Il commence par apprendre la musique, considérant que les gens de qualité sont sensés exceller dans ce domaine. Il se paie ensuite les services d’un professeur de danse à qui il demande de lui enseigner quelques pas qui lui seront utiles lors d’un bal à la cour. Le musicien et le danseur sont tous deux convaincus de la grande valeur de leur métier, ce qui fait qu’ils n’éprouvent pas beaucoup de difficultés à faire en sorte que M. Jourdain adhère à leurs philosophies.

Si le professeur de musique avance la thèse comme quoi toutes
les guerres proviennent de l’ignorance de la musique, celui qui lui enseigne la
danse prétend que son art se trouve au sommet d’entre tous. C’est à ce moment
que le maître d’armes fait son apparition dans la pièce. Ce dernier arguant à
son tour que donner sans point recevoir est le summum du savoir. Ces
divergences d’opinion finissent par créer des tensions entre les trois maîtres qui,
à force de défendre leurs idéaux en viennent aux mains.

La conflit du savoir

Bien qu’essayant de calmer la situation, le Bourgeois Gentilhomme
finit par se retrouver au centre de ce conflit. Heureusement que l’heure d’apprendre
la philosophie est arrivée. Etonné par ce qui se passe entre le danseur, le
musicien et le maître d’armes, le philosophe n’hésite pas à leur avancer que
rien n’est comparable à la philosophie. Demandant à chacun de calmer leurs
ardeurs au vu des misérables métiers qu’ils exercent, celui à qui le savoir
suprême est sensé appartenir va même jusqu’à en venir également aux mains avec
eux.

Une fois les hostilités terminées, M. Jourdain et son
professeur de philosophie rejoignent une pièce spécialement aménagée pour la
quête du savoir afin de commencer enfin les leçons. Le philosophe lui demande
alors s’il souhaite apprendre la métaphysique, la physique ou encore la morale.
Il opte finalement pour l’orthographe et l’almanach afin de connaître les jours
d’apparition de la lune dans le ciel. M. Jourdain demande également à son
mentor de lui donner les mots qu’il pourrait écrire dans un billet destiné à
une belle marquise qui siège à la cour du roi.

A la limite du ridicule

Ce dernier lui suggère alors d’écrire ce billet en vers mais
M. Jourdain souhaite faire plus simple. Ne sachant toutefois pas qu’il faisait
de la prose depuis une trentaine d’années, il lui ordonne de le faire d’une
toute autre manière. Etonné, le philosophe lui avance que s’il ne s’agit point
de vers, cela ne peut-être que de la prose. M. Jourdain écrit alors un billet à
l’attention de la dame de haut rang à qui il souhaite témoigner son amabilité
comme tous les grands de l’époque.

Le maître couturier du Bourgeois Gentilhomme est le seul à s’imposer contre sa soif de pouvoir et il le fait savoir. Ce dernier ne se laisse en effet pas influencer par les sous qu’il distribue pour qu’on l’appelle « Mon gentilhomme » ou encore « Monseigneur ». Il entend défendre son art quoi qu’il arrive et ne laisse personne s’en moquer. Pas même celui qui a déboursé une petite fortune pour s’offrir cette tenue extravagante qu’il doit désormais essayer. Le couturier parvient ainsi à convaincre M. Jourdain de porter sa création qui fait rire aux éclats chaque femme qui pose son regard sur lui.

Couverture Le Bourgeois Gentilhomme de Molière / © Folio classique

Bourgeois Gentilhomme à tout prix

Enervé par les éclats de rires de l’une de ses plus
anciennes servantes, il finit par lui demander ce qu’il y a de si drôle. Cette
dernière lui avoue alors et ce, appuyée par les arguments de madame l’épouse de
M. Jourdain. Aveuglé par son désir de devenir gentilhomme, il ne veut pourtant
rien savoir et préfère se rapprocher de Dorante. Ce personnage qui fait partie
des gentilshommes de la cour et qui n’hésite pas une seconde à lui soutirer de
l’argent à titre d’emprunt.

Le Bourgeois Gentilhomme continue ainsi dans son utopie et
écoute attentivement les conseils de Dorante qui cette fois, lui demande d’offrir
un présent de valeur à celle qu’il courtise depuis le début. A la fois crédule
et naïf, il se laisse convaincre et ordonne à son nouvel ami de remettre son
cadeau à la marquise. Dorante s’exécute mais au lieu de l’offrir au nom de M.
Jourdain, il le fait en son nom. Le Bourgeois Gentilhomme ne s’apercevant même
pas de la supercherie qui se tramait dans son dos.

Une bonne leçon de vie

Vient par la suite le moment où la fille de M. Jourdain
atteint l’âge de se marier. Comme tout gentilhomme qui se respecte, il souhaite
l’unir uniquement avec un homme de haut rang et se convainc qu’il n’en sera pas
autrement. C’est d’ailleurs la première question qu’il pose lorsque Cléonte, un
homme qui est bien loin de répondre à ses critères de sélection se présente
pour lui demander la main de sa fille. Il refuse toutefois quand ce dernier lui
dit la vérité.

Éperdument amoureux de la fille de M. Jourdain, Cléonte est prêt à tout pour parvenir à ses fins. Il trouve alors l’idée de se déguiser et de se présenter comme étant le fils du Grand Turc afin de gagner la main de sa bien aimée. Aveuglé par tant d’honneur, le Bourgeois Gentilhomme cède et le mariage a bien lieu. Il ne se rend compte de la supercherie que bien après que l’union soit consommée. Il se rend alors compte de ses erreurs et décide de changer sa vision des choses.  

Le Bourgeois Gentilhomme, de Molière : PDF gratuit

Vous pouvez consulter en ligne ou télécharger gratuitement l’oeuvre Le Bourgeois Gentilhomme de Molière en version numérique PDF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page