High-techMaroc

Crise des Télécommunications au Maroc : Tarifs Élevés et Services Médiocres

Dans une vive réaction à la détérioration constante des services de télécommunication au Maroc, les citoyens expriment leur mécontentement, alimentant ainsi une controverse croissante. Leur frustration se concentre sur le déclin des services de téléphonie mobile, en particulier l’absence flagrante de la technologie 4G+ dans plusieurs régions.

La qualité du service Internet mobile est en forte régression, la 4G étant désormais une réalité limitée à quelques zones restreintes. Cette situation contraste fortement avec les attentes des Marocains, même dans les grandes villes censées offrir une connectivité de pointe.

Pendant que le Maroc, l’Espagne et le Portugal se préparent à accueillir la Coupe du Monde 2030, des opérateurs de télécommunication marocains font marche arrière en abandonnant la 4G pour se replier sur la technologie 3G.

La frustration des Marocains ne s’arrête pas là. Outre la qualité médiocre des services, ils dénoncent les tarifs élevés imposés par les opérateurs, jugés disproportionnés par rapport à la qualité des services fournis. La toile exige désormais une surveillance accrue et une reddition de comptes de la part des opérateurs.

De plus, les Marocains pointent du doigt les opérateurs présents sur le territoire marocain, les accusant de ne pas investir dans le développement du réseau. Cette critique acerbe intervient après un conflit juridique entre le principal acteur du marché des télécommunications et ses concurrents.

Ainsi, le rêve des Marocains d’accéder à la technologie 5G semble s’éloigner, et leurs exigences se réduisent désormais à un service 4G fonctionnel en ville et en milieu rural, pour rester connectés au reste du monde. La tension monte dans le pays alors que les citoyens continuent de réclamer des améliorations significatives dans le secteur des télécommunications.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page