MarocÉconomieEmploi

Augmentation Significative des Postes Financiers en 2024 : Un Aperçu du Projet de Loi de Finances

Les annonces du projet de loi de finances pour 2024 dévoilent des perspectives d’expansion substantielle en matière d’emploi. Le gouvernement a soumis aujourd’hui son projet de loi budgétaire à la Chambre des Représentants, conformément à la réglementation financière en vigueur. Ce projet de loi ambitieux, qui sera débattu par les deux chambres du Parlement, met en avant la création de 30 034 postes financiers pour l’exercice 2024, répartis judicieusement entre divers ministères et institutions.

Une Allocation Significative au Chef de Gouvernement

Parmi ces postes, 100 sont réservés pour le chef de gouvernement, qui aura la latitude de répartir 500 autres postes parmi divers ministères et institutions. Parmi ceux-ci, 200 seront alloués spécifiquement aux personnes handicapées, démontrant ainsi l’engagement envers l’inclusion.

Opportunités pour les Attachés Judiciaires

Le projet de loi de finances prévoit également la création de 250 postes financiers destinés aux attachés judiciaires qui réussissent l’examen final et sont nommés juges de la magistrature. De plus, 250 postes seront spécifiquement attribués aux attachés judiciaires occupant actuellement des postes financiers au ministère de la Justice, sous réserve que leur situation soit réglée avant le 31 décembre 2023. Enfin, 300 postes sont exclusivement réservés aux attachés judiciaires ayant réussi le concours avant cette date.

Répartition des Postes par Ministère et Institution

Le ministère de l’Intérieur est le principal bénéficiaire du projet de loi de finances, avec une allocation de 7 944 postes, renforçant ainsi son rôle clé dans la gestion des affaires nationales. L’Administration de la Défense Nationale obtient quant à elle 7 000 postes, ce qui souligne l’importance de la sécurité et de la défense nationale. Le ministère de la Santé et de la Protection Sociale se voit attribuer 5 500 postes, garantissant une attention particulière à la santé publique. Ensuite, le ministère de l’Économie et des Finances obtient 2 600 postes, renforçant ainsi la gestion des ressources financières du pays, tandis que le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation se voit attribuer 2 349 postes, favorisant ainsi la recherche et l’innovation.

D’autres ministères et institutions bénéficient également d’une allocation de postes financiers, confirmant l’ampleur de cet engagement. La Commission générale de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion reçoit 1 000 postes, le ministère de la Justice obtient 155 postes, le ministère des Dotations et des Affaires islamiques reçoit 400 postes, le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement primaire et des Sports bénéficie de 384 postes, et le ministère de l’Equipement et de l’Eau se voit attribuer 250 postes.

Une Allocation Équilibrée pour Favoriser le Développement

Le projet de loi de finances attribue également des postes aux ministères de l’Agriculture, de la Pêche, du Développement rural, des Eaux et Forêts (210 postes), à la Cour Royale (200 postes), au ministère des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger (135 postes), au ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication (110 postes), à l’aménagement du territoire national, à la reconstruction, à la politique du logement et de la ville (80 postes), à la présidence du gouvernement (100 postes), au ministère de la Transport et Logistique (50 postes), aux tribunaux financiers (60 postes), et au Haut-Commissariat au Plan (60 postes).

Le ministère du Tourisme, de l’Artisanat, de l’Économie sociale et solidaire obtient 60 postes, reflétant l’importance du secteur touristique. Le ministère de l’Investissement et le ministère de la transition numérique obtiennent 65 postes, soulignant l’accent sur l’innovation et le développement technologique. De même, le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable obtient 50 postes, illustrant l’engagement envers la durabilité environnementale, tandis que le ministère de l’Industrie et du Commerce se voit attribuer 40 postes, consolidant le secteur industriel du pays.

Le projet de loi de finances réserve également des postes aux deux chambres du Parlement (40 postes répartis à parts égales), au Ministère de la Solidarité (30 postes), au Secrétariat Général du Gouvernement (20 postes), et à la Commission Nationale pour l’Intégrité, la Prévention et Lutte contre la corruption (35 postes).

Cette répartition équilibrée des postes financiers témoigne de l’engagement du gouvernement envers le développement, l’inclusion sociale, la justice, et la promotion de l’innovation, marquant ainsi un tournant significatif dans la gestion des ressources humaines et financières du pays pour l’année 2024.

Bouton retour en haut de la page