A La Une

Etats-Unis, Australie et Royaume-Uni scellent un vaste pacte de sécurité dans la zone indo-pacifique

Les Etats-Unis, qui cherchent Ă  renforcer tous azimuts leurs alliances face Ă  la Chine, ont annoncĂ© mercredi avec l’Australie et le Royaume-Uni un vaste partenariat de sĂ©curitĂ© dans la zone indo-pacifique, comprenant notamment la livraison de sous-marins Ă  propulsion nuclĂ©aire Ă  Canberra.

ConsĂ©quence immĂ©diate de cette annonce spectaculaire: l’Australie a rompu un gigantesque contrat passĂ© auprĂšs de la France pour la livraison de sous-marins conventionnels, provoquant la colĂšre de Paris.

« La premiĂšre grande initiative de (ce nouveau pacte appelĂ©) +AUKUS+ sera de livrer une flotte de sous-marins Ă  propulsion nuclĂ©aire Ă  l’Australie », a dit le Premier ministre australien Scott Morrison, apparaissant en visioconfĂ©rence, ainsi que son homologue britannique Boris Johnson, lors d’un Ă©vĂ©nement prĂ©sidĂ© par Joe Biden Ă  la Maison Blanche.

La France, qui voit un contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) Ă©chapper Ă  son industrie navale, a aussitĂŽt fustigĂ© une « dĂ©cision regrettable » et « contraire Ă  la lettre et Ă  l’esprit de la coopĂ©ration qui prĂ©valait entre la France et l’Australie », selon un communiquĂ© conjoint des ministĂšres de la DĂ©fense et des Affaires Ă©trangĂšres.

Et il n’est pas sĂ»r que Paris se console avec les propos conciliants de Joe Biden, qui a assurĂ© mercredi que les Etats-Unis voulaient « travailler Ă©troitement avec la France » dans cette zone trĂšs stratĂ©gique. Paris « est un partenaire clé » des Etats-Unis, a-t-il encore dit.

« Le Royaume-Uni, l’Australie et les Etats-Unis vont ĂȘtre liĂ©s encore plus Ă©troitement, ce qui reflĂšte le degrĂ© de confiance entre nous et la profondeur de notre amitié », a dĂ©clarĂ© Boris Johnson, qui engrange lĂ  un succĂšs diplomatique certain dans sa stratĂ©gie pour Ă©viter l’isolement international aprĂšs le Brexit.

Sous-marins

« Sur la base de notre histoire commune de dĂ©mocraties maritimes, nous nous engageons dans une ambition commune pour soutenir l’Australie dans l’acquisition de sous-marins Ă  propulsion nuclĂ©aire », ont fait savoir les trois partenaires dans un communiquĂ© commun, qui prĂ©cise qu’il s’agit bien de propulsion, et non d’armement.

« Le seul pays avec lequel les Etats-Unis ont jamais partagĂ© ce type de technologie de propulsion nuclĂ©aire est la Grande-Bretagne » Ă  partir de 1958, avait indiquĂ© plus tĂŽt un haut responsable de la Maison Blanche. « C’est une dĂ©cision fondamentale, fondamentale. Cela va lier l’Australie, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne pour des gĂ©nĂ©rations. »

Selon ce haut responsable, le pacte « AUKUS » prĂ©voit aussi une collaboration des trois pays en matiĂšre de cyberdĂ©fense, d’intelligence artificielle et de technologies quantiques.

La Nouvelle-Zélande, qui interdit ses eaux à tout navire à propulsion nucléaire depuis 1985, a annoncé que les futurs sous-marins de son voisin et allié australien ne seraient pas les bienvenus chez elle.

La Chine n’a pas Ă©tĂ© mentionnĂ©e dans le communiquĂ© conjoint des dirigeants australien, amĂ©ricain et britannique, qui Ă©voque la « paix et la stabilitĂ© dans la rĂ©gion indo-pacifique ». Mais il ne fait aucun doute que la nouvelle alliance vise d’abord Ă  faire face aux ambitions rĂ©gionales de PĂ©kin.

Joe Biden rĂ©pĂšte depuis son Ă©lection qu’il entend se confronter Ă  la Chine, comme son prĂ©dĂ©cesseur Donald Trump, mais de maniĂšre trĂšs diffĂ©rente, sans s’enfermer dans un face-Ă -face.

Mercredi, il a ainsi dit vouloir « investir dans notre plus grande source de force, nos alliances » et vouloir « les mettre Ă  jour pour mieux faire face aux menaces d’aujourd’hui et de demain ».

Le « contrat du siÚcle » pour la France torpillé

Le prĂ©sident amĂ©ricain rĂ©unit d’ailleurs le 24 septembre Ă  Washington les Premiers ministres australien, indien et japonais pour relancer un format diplomatique, le « Quad », qui vĂ©gĂ©tait depuis plusieurs annĂ©es.

Quant Ă  M. Morrisson, il a affirmĂ© jeudi, aprĂšs l’annonce du pacte Aukus, qu’il lançait une « invitation ouverte » au dialogue au prĂ©sident chinois Xi Jinping.

Mais l’annonce de mercredi, malgrĂ© les prĂ©cautions de langage de Joe Biden, risque bel et bien de jeter un coup de froid sur une autre alliance, avec la France, puisqu’elle a torpillĂ© ce qui Ă©tait parfois qualifiĂ© de « contrat du siĂšcle » pour l’industrie de dĂ©fense française.

Le français Naval Group avait Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ© en 2016 par Canberra pour fournir 12 sous-marins Ă  propulsion conventionnelle (non nuclĂ©aire) dĂ©rivĂ©s des futurs sous-marins nuclĂ©aires français Barracuda. D’un montant de 50 milliards de dollars australiens (31 milliards d’euros) Ă  la signature, la valeur de ce contrat est estimĂ© actuellement Ă  90 milliards de dollars australiens en raison de dĂ©passement de coĂ»ts et d’effets de change.

« La dĂ©cision que nous avons prise de ne pas continuer avec les sous-marins de classe Attack et de prendre un autre chemin n’est pas un changement d’avis, c’est un changement de besoin », a expliquĂ© jeudi le Premier ministre australien.

Avec MAP

Riad Malki

Journaliste au Media 7 depuis 2019, je suis chargé des questions de l'économie et politique depuis Janvier 2019.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page